/news/law

Le suspect de London suivis pour des troubles mentaux

L’auteur présumé de l’attaque au camion-bélier qui a décimé une famille musulmane de London, en Ontario, a déjà dû prendre de la médication pour des troubles mentaux et était prompt à la colère, a dévoilé CTV News mercredi soir.

• À lire aussi: Des milliers de personnes rendent hommage à la famille musulmane tuée

• À lire aussi: Vigile à la mosquée de London, un «acte terroriste» condamné de toute part

• À lire aussi: Trudeau dénonce l'attaque terroriste à London

La chaîne anglophone a eu accès à des documents judiciaires liés au divorce des parents du suspect, Nathaniel Veltman. Selon ces documents, ses parents s’étaient entendus pour que leur fils poursuive une thérapie pour ses troubles mentaux et de colère et devaient s’assurer qu’il ne demeure pas seul avec ses plus jeunes frères et sœurs.

Les parents de la famille de six enfants se sont officiellement séparés en janvier 2017, à la suite de quoi le suspect aujourd’hui âgé de 20 ans était parti vivre de son côté en appartement. Un rapport consulté par la chaîne indique qu’il était devenu particulièrement agressif vis-à-vis de sa mère en marge du divorce.

Les motivations du crime horrible attribué à Veltman, accusé d’avoir tué quatre membres d’une même famille dimanche soir en plus d’en blesser un cinquième – un petit garçon de 9 ans – au volant de sa camionnette, demeurent cependant toujours nébuleuses.

La police de London, en Ontario, a déjà indiqué avoir des raisons de croire que l’homme aurait foncé dans la famille en raison de sa haine des musulmans, sans dévoiler plus de détails sur les morifs qui l'amènent à cette conclusion.

Après son crime, Veltman se serait arrêté dans un stationnement à quelques minutes de route, où il aurait raconté ce qu’il venait de faire à un chauffeur de taxi, en lui demandant d’appeler la police. Il portait une veste pare-balles au moment de son arrestation.

«Lorsque la police l’a sorti du véhicule, il riait», a raconté le président de Yellow London Taxi, Hassan Savehilaghi, en relatant le témoignage de son employé en entrevue avec le «London Free Press». Ce témoignage a été corroboré au quotidien local par un employé du centre d’achat où s’est arrêté le suspect.

Pourtant, Nathaniel Veltman ne semble pas avoir démontré de tendance islamophobe par le passé.

«Nate n’est pas un terroriste radical. Il n’est rien de ça. Il n’est pas islamophobe», a confié un ami de Veltman originaire du Moyen-Orient au «London Free Press».

Un autre ami rencontré par le journal a aussi indiqué que le suspect ne disait jamais rien d’haineux. «Il est chrétien et a une bonne relation avec Dieu. Il était toujours calme avec les autres».

Un voisin du suspect a confié, de son côté, à CBC News que ce dernier était très bruyant dans son logement. «Ça cognait souvent, des coups dans les murs au point où mes cadres bougeaient. Sinon, c’était de la musique très forte, des jeux vidéo», a-t-il décrit en affirmant que Veltman avait l’habitude de recevoir des gens chez lui.

Le jeune homme donnait l’impression à ce voisin d’être «instable» et «inhabituel», a-t-il ajouté.

Nathaniel Veltman reviendra en cour jeudi. Il fait présentement face à quatre accusations de meurtres et à une accusation de tentative de meurtre.