/finance/realestate

Logement: un registre citoyen des loyers pour contrer la flambée des prix

beautiful and clean apartment building

Photo stock.adobe.com

Un registre citoyen des loyers peut constituer un moyen concret pour contrer la flambée des prix, croit La Base, un organisme à but non lucratif, qui a mis en ligne une nouvelle plateforme de données ouvertes, mercredi. 

La Base se propose d’être une solution anonyme aux citoyens désireux de connaître le loyer payé par le locataire précédent.

Par son caractère transparent, l’initiative vise à freiner la flambée des prix des loyers et faire respecter les hausses autorisées par le Tribunal administratif du logement.

À Montréal, en l’espace d’une année, le coût moyen des loyers a bondi de 30 % pour atteindre 1198 $ en 2020, selon l’organisme.

«Maintenir la confiance entre les locataires et les propriétaires passe par un outil de transparence pour corriger les lacunes de surveillance du marché locatif et décourager les hausses abusives», a indiqué par communiqué Adam Mongrain, directeur de La Base.

«Le Registre des loyers citoyen est un outil technologique concret offert aux citoyens pour agir. [...] Nous proposons cet outil comme une solution concrète pour freiner la flambée des loyers et contrer la crise du logement», a ajouté M. Mongrain.

La pandémie de COVID-19, combinée à la crise du logement, est venue comme accentuer la vulnérabilité des locataires qui peinent à se loger «adéquatement», estime le directeur de l’organisme.

Des données de Statistique Canada révèlent que 34 % des locataires québécois consacrent plus de 30 % de leur revenu au loyer. Ils sont 200 000 locataires (14 %) à débourser la moitié de leur revenu pour se loger.