/finance/homepage

SAQ: un dividende de 1,22 milliard $ à l’État

Bloc SAQ

Photo d'archives

Malgré la fermeture des restaurants et des bars durant des mois en 2020-2021, la Société des alcools du Québec (SAQ) a dégagé un profit de 1,22 milliard $, notamment grâce à une explosion des ventes en ligne de 130,7 %. 

• À lire aussi: Finalement, ce sont 3350 produits qui seront bientôt plus chers à la SAQ

Mercredi, la SAQ a dévoilé le bilan de son dernier exercice financier impacté par la pandémie. Les ventes ont atteint 3,59 milliards $, soit une hausse de 2,9 %. Pour les profits, ils ont diminué de seulement 6,4 millions $. 

«L'impact de la pandémie, particulièrement lié à la réduction des activités des restaurants et des bars, a généré un déplacement des ventes réalisées auprès des titulaires de permis vers le réseau des succursales et des agences», indique dans un communiqué la société d’État. 

En fait, les ventes auprès des consommateurs ont grimpé de 361,1 millions $, alors que les succursales ont été considérées comme services essentiels par le gouvernement, et celles auprès des titulaires de permis ont plongé de 321,9 millions $. 

C’est la neuvième année consécutive que la SAQ verse à l'État québécois un dividende dans les dix chiffres, soit 1,22 milliard $.  

Plus du double

Propulsées par la pandémie, les ventes en ligne ont été de 96,9 millions $ entre avril 2020 et mars. Un an plus tôt, elles étaient de 42 millions $. 

Les supermarchés ont également profité de la fermeture des bars et des restaurants. Les ventes d’alcool de la SAQ à travers le réseau de grossistes-épiciers ont grimpé de 11,6 % pour atteindre 392,3 millions $. 

Pour ces derniers mois, la société d’État chiffre à 39,6 millions $ sa facture liée aux impacts de la pandémie. Ce montant comprend, entre autres, les coûts de «remplacement des employés absents et les charges supplémentaires pour assurer la santé et la sécurité» des employés et des clients. 

Comme le mentionnait Le Journal en avril dernier, les produits des vignerons québécois et les spiritueux d’ici ont profité de la vague bleue pour l’achat local. Les ventes ont bondi de 28,5 % pour atteindre 593 millions $.