/news/currentevents

Contrecœur: une autre femme tuée par son ancien conjoint

Le sombre bilan des féminicides au Québec a continué de grimper mercredi, quand une femme de 56 ans a été tuée par son ex-conjoint en Montérégie. 

• À lire aussi: Féminicide de Contrecœur: un ami du couple livre un courageux témoignage

• À lire aussi: 12e féminicide: «Lisette Corbeil a défoncé des plafonds de verres»

Un peu avant 11 h, la Régie intermunicipale de police de Richelieu–Saint-Laurent a été appelée sur la route Marie-Victorin à Contrecœur où ils ont découvert le corps de Lisette Corbeil au rez-de-chaussée de sa résidence avec une blessure à la tête. 

C’est la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent qui s’est présentée en premier sur les lieux de ce 12e féminicide de l’année dans la province. La Sûreté du Québec a pris le relais dans l’enquête.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

C’est la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent qui s’est présentée en premier sur les lieux de ce 12e féminicide de l’année dans la province. La Sûreté du Québec a pris le relais dans l’enquête.

C’est la fille du nouveau conjoint de Mme Corbeil qui l’aurait trouvée inanimée, après que son père inquiet d’être sans nouvelles lui eut demandé d’aller s’enquérir de son état, selon nos informations.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

En poursuivant leurs recherches, les patrouilleurs ont découvert le corps de son ex, David Joly, au deuxième étage. 

L’homme de 49 ans se serait enlevé la vie après avoir commis le meurtre. 

Une partie de la route Marie-Victorin a ensuite été fermée à la circulation pour une majeure partie de la journée. Le poste de commandement de la Sûreté du Québec, à qui l’enquête a été transférée, était toujours sur place en fin de soirée.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Incrédulité  

La victime était très engagée à Contrecœur, ayant travaillé pendant près de cinq ans pour la Ville. 

« Lisette était une femme exceptionnelle, appréciée de tous », a commenté la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) pour qui elle travaillait depuis février 2020. 

Ancien président de l’Association chasse et pêche Contrecœur, Joly avait donné sa démission à l’automne dernier pour des « raisons personnelles », indique une publication Facebook. 

Lisette Corbeil a été trouvée inanimée mercredi matin dans sa résidence de Contrecœur, en Montérégie.

Photo tirée de Facebook

Lisette Corbeil a été trouvée inanimée mercredi matin dans sa résidence de Contrecœur, en Montérégie.

Une demande pour lui interdire d’utiliser une arme à feu avait été faite à la cour par la police locale quelque temps auparavant.

Le drame de mercredi a secoué le quartier habituellement très calme qui voyait des véhicules policiers répéter les allers-retours au lieu de résidence de Lisette Corbeil.

Celle qui occupait un poste de direction au CCIRS semblait discrète avec ses voisins. 

« Quand on la voyait, elle était toujours très chic, prête à aller travailler », mentionne Roch Bernier. 

David Joly, son ancien conjoint, s’est enlevé la vie dans la maison après avoir tuée Lisette Corbeil.

Photo tirée de Facebook

David Joly, son ancien conjoint, s’est enlevé la vie dans la maison après avoir tuée Lisette Corbeil.

Préoccupant  

Ce 12e féminicide en 2021 au Québec préoccupe la directrice de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, qui craint une hausse des violences causée par le déconfinement et la perte d’emprise des conjoints violents.

« C’est vraiment inquiétant », commente Manon Monastesse, alors qu’au moins 10 des 12 meurtres ont été commis dans un contexte conjugal. 

Elle rappelle aux victimes de rester vigilantes dans un contexte de séparation qu’elle qualifie de « période à haut risque », et d’aller chercher de l’aide. 


L’an dernier, 23 féminicides ont été dénombrés au Québec, selon le Conseil du statut de la femme, le plus haut total en trois ans.

Un 12e féminicide           

Le nombre de féminicides a atteint mercredi le triste total de 12 cette année au Québec, ce qui préoccupe les maisons d’hébergement pour femmes. Voici le visage des 11 premières victimes en 2021.  

Elisapee Angma, 44 ans   

Marly Edouard, 32 ans   

Nancy Roy, 44 ans   

Myriam Dallaire, 28 ans   

Sylvie Bisson, 60 ans   

Carolyne Labonté, 40 ans   

Nadège Jolicœur, 40 ans   

Rebekah Harry, 29 ans    

Kataluk Paningayak, 43 ans   

Dyann Serafica-Donaire, 38 ans    

Zoleikha Bakhtiar, 36 ans      

Si vous avez besoin d’aide  

Ligne québécoise de prévention du suicide  

  • www.aqps.info  
  • 1 866-APPELLE (277-3553)                    

SOS violence conjugale