/regional/sherbrooke/estrie

Des commerçants sont impatients de revoir les touristes américains

La pression est de plus en plus forte sur les gouvernements canadien et américain pour rouvrir la frontière qui sépare les deux pays limitrophes.

• À lire aussi: On s’impatiente près de la frontière

• À lire aussi: Fin de la quarantaine à l'hôtel pour les voyageurs pleinement vaccinés

• À lire aussi: Les voyages peu populaires malgré les assouplissements

À Lac-Brome, endroit de villégiature des Cantons de l’Est, les commençants sont impatients de revoir les touristes américains.

«C’est le temps que ça ouvre parce que ça commence à être difficile», a fait savoir Ghilslaine Lebel, propriétaire de la boutique Antiquité Lebel objet.

Le quart de sa clientèle est composée de touristes internationaux, dont une bonne partie est américaine. «J’ai des clients américains qui ont acheté pour des milliers de dollars de matériel, il y a un an et demi, et ils n’ont toujours pas pu venir récupérer leur marchandise», a-t-elle dit à TVA Nouvelles.

«Les gens du Vermont sont nombreux à venir passer une journée ou un après-midi à Lac-Brome avant de retourner chez eux. Pour nous c’est une belle clientèle et on espère qu’ils pourront traverser cet été», a déclaré Véronique Lacoursière, copropriétaire du Bolt Café, qui a ouvert ses portes il y a cinq semaines.

«Les Américains représentent 15% de notre clientèle. On attend avec impatience la réouverture de la frontière», a pour sa part mentionné, le directeur général de l’Hôtel Suites Lac-Brome, Jonas Mush’Ayuma.

De nombreux Européens viennent visiter la région en temps normal, mais les commerçants ne fondent pas beaucoup d’espoir de les revoir cet été. «S’ils pouvaient venir pour la flambée des couleurs à l’automne, ce serait fantastique», a souhaité Ghislaine Lebel.