/finance/homepage

Les panneaux de verre du REM fabriqués dans le golfe Persique

Le manufacturier Prelco était sur les rangs pour fabriquer les grands panneaux de verre des stations du Réseau express métropolitain (REM).

Illustration courtoisie

Le manufacturier Prelco était sur les rangs pour fabriquer les grands panneaux de verre des stations du Réseau express métropolitain (REM).

Ne cherchez pas le logo « Fabriqué au Québec » sur les larges panneaux de verre extérieurs des 26 stations du Réseau express métropolitain (REM), le projet phare de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). C’est plutôt un fabricant d’Abu Dhabi qui a été choisi, laissant sur le carreau une entreprise québécoise avec plus de 60 ans d’expérience, a appris Le Journal

Le contrat du design et de la fabrication des panneaux de verre a été attribué à Emirates Glass, une société fondée en 1998 aux Émirats arabes unis.

• À lire aussi: REM: la facture s'allonge, pas l'échéancier

• À lire aussi: Le REM aurait pu passer au centre-ville sans être aérien

« C’est une décision qui a surpris tout le monde. On nous parle toujours du panier bleu, donc on a trouvé cela spécial », nous a confié une source qui connaît bien le secteur. 

Au moins une compagnie québécoise, le fabricant Prelco, était sur les rangs. La déception est encore palpable au sein de l’entreprise fondée en 1954 à Rivière-du-Loup. 

Après les wagons indiens 

« Qu’on ait perdu le contrat, c’est une chose, mais que ce ne soit pas une compagnie canadienne ou québécoise, c’est frustrant. La Caisse de dépôt et placement, à ce que je sache, c’est notre argent. Après les wagons fabriqués en Inde, je dois dire que ça m’est resté de travers. Il n’y a pas de volonté politique pour favoriser l’achat local », s’est désolé Sylvain Maillet, directeur technique chez Prelco.

Dès les balbutiements du REM, Prelco a collaboré au projet en soumettant des échantillons de verre. 

« On m’a sollicité pendant deux ans, mais au final, ils ont décidé d’aller vers un produit équivalent en performance, mais pas en apparence. Pour une question de prix, c’est allé aux Émirats arabes unis », a expliqué M. Maillet. 

Selon lui, ce contrat aurait eu un impact majeur pour l’entreprise qui a déjà œuvré sur différents projets, notamment à la Tour du CN à Toronto. 

« Ça pouvait représenter une dizaine de millions de dollars seulement pour nous », a-t-il souligné.

Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:

Fort taux de contenu québécois 

Appelée à commenter le dossier, CDPQ Infra affirme que le contrat des panneaux de verre a été octroyé par le consortium à une entreprise lavalloise Vitreco, propriété du groupe ontarien Flynn. Et c’est ce groupe qui a décidé de se tourner vers le fournisseur des Émirats arabes unis. La Caisse souligne aussi qu’un sous-traitant québécois, plani-Verre a été choisi pour les éléments vitrés intérieurs. 

« Nous souhaitons un maximum de contenu québécois. À cet égard, environ 86 % des contrats octroyés pour le projet REM ont été signés avec des entreprises du Québec et près de 97 % avec des entreprises canadiennes », a souligné Jean-Vincent Lacroix, de CDPQ Infra. 

PRELCO EN BREF  

-L’entreprise a été fondée en 1954 à Rivière-du-Loup et compte 650 employés.  

-Le groupe est notamment un fournisseur de Bombardier. 

-Prelco œuvre dans les secteurs de l’architecture, du transport et de la défense.