/finance/homepage

Port de Québec: le projet Laurentia a toujours du plomb dans l’aile

Projet Laurentia

Photo courtoisie

Le rapport final de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (AEIC) sur le projet Laurentia du Port de Québec conclut toujours que le projet est «susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants directs et cumulatifs».

• À lire aussi: Une étude du BAPE réclamée sur le projet Laurentia

• À lire aussi: Projet Laurentia: le BAPE est nécessaire, selon le PQ

• À lire aussi: Projet Laurentia: quelques centaines de manifestants demandent l’appui du député Duclos

Dans un rapport complet de plus de 300 pages, les conclusions sur le projet Laurentia n’ont pas changé. 

L’évaluation environnementale menée par l’Agence a notamment porté sur effets environnementaux négatifs comme les émissions de gaz à effet de serre, la qualité de l’air liée aux émissions de particules et de contaminants, les effets sur le poisson et son habitat, la pêche sportive et commerciale, de même que sur les pratiques des Premières Nations. 

Selon le rapport final, les mesures d’atténuations proposée par le promoteur ne suffisent pas. « L’ensemble de ces mesures ne permettraient pas d’atténuer suffisamment les effets potentiels du projet pour rendre tous les effets résiduels non importants », peut-on lire.

Au conseil des ministres

Le ministre fédéral de l’Environnement avait deux choix. : donner son aval au projet ou référer la décision au conseil des ministres. La seconde option a été privilégiée. 

Le président du Conseil du Trésor et député de Québec, Jean-Yves Duclos a confirmé le choix du ministre en fin de journée jeudi. 

« La protection de l’environnement et de la santé des gens est au coeur des priorités de notre gouvernement. Le processus d'évaluation politiquement indépendant et rigoureux de l'Agence canadienne d’évaluation d’impact est essentiel à cet égard. Aujourd'hui, en raison de l'importance des impacts identifiés dans le rapport final de l’Agence, mon collègue, le ministre Wilkinson, a pris la décision de référer ce dossier au Conseil des ministres qui tranchera en se basant sur les faits et la science. »

Il y a plusieurs semaines, le Port de Québec avait échoué à convaincre les ministères fédéraux de changer d’avis sur son projet Laurentia. 

Santé Canada, Environnement Canada et Pêches et Océans Canada avaient d’abord rendu leurs conclusions à la suite de l’étude des documents et des informations supplémentaires fournis par le Port de Québec au sujet de son projet controversé de terminal de conteneurs.   

Dans la même catégorie