/finance/homepage

Un été de défis pour l’industrie récréotouristique montréalaise

La période des vacances avance à grands pas et de nombreux Montréalais prévoient aller visiter d’autres régions ou même voyager à l’étranger.

• À lire aussi: Humaniti: nouvel hôtel à Montréal malgré la pandémie

• À lire aussi: Voyez la nouvelle publicité pour attirer les Québécois en régions cet été

• À lire aussi: Redécouvrir le Québec: pour profiter pleinement de l’été!

Pendant ce temps-là, l’industrie récréotouristique de la métropole fait des pieds et des mains pour attirer les visiteurs du Grand Montréal et d’ailleurs.

C’est le cas du Groupe Écorécréo, qui possède notamment le site de Voiles en Voiles, en plus d’offrir la location de quadricycles et de pédalos, dans le Vieux-Port.

Cet été, l’entreprise propose un abonnement à 15 dollars par mois en plus d'un coût de départ de 75 dollars qui permet de profiter de plusieurs activités tout le long de la saison estivale. Et malgré l’absence des touristes étrangers, l’équipe du Groupe Écorécréo anticipe une bonne saison.

«Les gens d’ici ont hâte de sortir et de faire des activités et c’est sûr que les activités intérieures sont moins permises», affirme le copropriétaire du Groupe Écorécréo, Nicolas Gosselin.

Un défi de gestion  

Comme plusieurs entreprises, Écorécréo fait face à l’enjeu de la pénurie de main-d’œuvre. Nicolas Gosselin estime que pour ses attractions établies, l’entreprise a bâti une réputation de bon employeur et le recrutement se passe bien.

Néanmoins, pour les emplacements plus récents ou en développement, la situation est plus difficile.

«On a besoin de plus de monde et on a de la difficulté à les trouver», explique Nicolas Gosselin.

En tant qu’entreprise saisonnière, la situation de l’été dernier a généré quelques soucis financiers, admet Nicolas Gosselin, mais ce dernier affirme avoir réussi à s’en sortir grâce, notamment, au soutien de ses partenaires.

Et il n’anticipe pas de voir la métropole désertée, comme ce fut le cas l’an dernier.

«L’été passé, Montréal était l’épicentre de la pandémie au Québec, donc il n’y avait personne qui venait à Montréal. Cette année, on espère, avec ce que Madame Plante a annoncé et tous les festivals qui se remettent en branle, qu’il va y avoir une clientèle touristique à Montréal cet été», clame l’entrepreneur.

Le Groupe Écorécréo compte sur un achalandage accru afin de redresser ses finances et continuer ses projets d’expansion.

L’entreprise maintient d’ailleurs son objectif de doubler son chiffre d’affaires tous les cinq ans.