/regional/troisrivieres/mauricie

Problème de vitesse sur la rivière Saint-Maurice

Il faut plus de civisme de la part des plaisanciers sur la rivière Saint-Maurice. C’est le message lancé vendredi par des citoyens et par la Ville de Trois-Rivières à l’aube des vacances estivales. La police trifluvienne augmentera aussi sa présence sur le cours d’eau.

C’est que la rivière Saint-Maurice est de plus en plus prisée par les propriétaires d’embarcations à moteur.

Le maire Jean Lamarche, la police et le Club de canot-kayak Radisson unissent leurs voix pour faire un appel à la cohabitation des usagers.

La pratique de sports nautiques, comme le kayak et la planche à pagaie, devient difficile et dangereuse à plusieurs endroits en raison des vagues qui sont créées après le passage d’embarcations voguant à vive allure.

Il s’agit d’un réel problème pour le président du Club de canot-kayak Radisson, Richard Dober.

«Le problème n’est pas nécessairement le type d’embarcation, mais plus qui conduit. Il doit y avoir plus de règles. Les fins de semaine, ça peut virer en anarchie sur la Saint-Maurice tellement il y a du monde», a dit M. Dober, vendredi, à TVA Nouvelles.

Des bouées géantes

Une quinzaine de bouées géantes ont été installées sur la portion trifluvienne de la rivière Saint-Maurice afin de sensibiliser les propriétaires à la vitesse sur l’eau.

La police de Trois-Rivières, de son côté, serrera la vis comme jamais. La brigade nautique sera sur l'eau plus souvent, une tendance à la hausse qui se poursuit. De 2019 à 2020, le nombre de jours de patrouille est passé de 15 à 29. Le bilan des constats d'infraction, lui, a plus que doublé, passant de 21 à 54.

Le directeur adjoint de la police de Trois-Rivières, Maxime Gagnon, est catégorique: le corps policier sera plus sévère cette année.

«Avec l’augmentation de l’achalandage, on doit augmenter nos effectifs et on va s’assurer que la Saint-Maurice est sécuritaire pour tous les usagers, peu importe le sport.»

M. Gagnon tient à rappeler que chaque conducteur est responsable de la hauteur de sa vague, et qu’un constat peut être émis en cas de conduite dangereuse.

C'est une problématique aussi à l'île Saint-Quentin où la zone d'interdiction des bateaux a été élargie afin de protéger les nageurs. Selon la directrice générale du parc de l'Île Saint-Quentin, Josée-Anne Labrousse, la zone pourrait être agrandie davantage l’an prochain.

«On veut sécuriser l’endroit pour les baigneurs. Il faut vraiment trouver un équilibre pour tout le monde. Sans compter que l’autre problème que nous avons est que beaucoup de bateaux viennent très près de la plage, ce qui est interdit», a dit Mme Labrousse.

La Ville de Trois-Rivières n'a pas le pouvoir de limiter la vitesse sur les cours d'eau puisque c'est la responsabilité de Transports Canada. Un dossier sera soumis au gouvernement fédéral d'ici la fin de l'été afin de demander une baisse de la vitesse permise.

Dans la même catégorie