/finance/homepage

Dettes de 41,9 M$: Nautilus Plus se place à l’abri de ses créanciers

Nautilus Plus

Chantal Poirier / JdeM

En difficulté financière, l’enseigne Nautilus Plus se place à l’abri de ses créanciers. L’entreprise traîne des dettes de près de 42 millions $.

Jeudi, le groupe de centres de conditionnement physique, dont la société d’investissement Novacap et la Caisse de dépôt et placement du Québec sont actionnaires, s’est placé sous la Loi sur la faillite et l’insolvabilité avec l’intention de faire une proposition à ses créanciers.

« Notre objectif est de poursuivre notre mission et de préserver notre identité québécoise. C’est pourquoi au terme de notre restructuration financière, il est proposé qu’un groupe d’investisseurs, dont Fondaction, et des dirigeants actuels investissent dans Nautilus Plus », a déclaré dans un communiqué le PDG Martin Légaré, qui participera au plan de relance.

Ce dernier n’était pas disponible pour une entrevue avec Le Journal, hier. C’est le syndic Raymond Chabot qui est responsable de ce dossier.

Emplois préservés

Selon des documents publics, le groupe totalise des dettes de 41,9 millions de dollars. L’entreprise doit notamment 28,4 millions $ à la Banque de Montréal, 8,26 millions $ à la Caisse de dépôt et placement du Québec et plus de 490 000 $ à Ivanhoé Cambridge. 

Plusieurs autres propriétaires immobiliers se retrouvent parmi les 115 créanciers, dont Cominar.

La direction estime que son plan de relance devrait permettre à l’entreprise de maintenir ses services et de préserver les 700 emplois. Elle dit également vouloir honorer l’ensemble de ses obligations envers ses membres et les employés.

Demande de recours collectif

À l’été 2020, rappelons qu’une demande de recours collectif au nom des membres chez Nautilus Plus avait été déposée en Cour supérieure du Québec contre la chaîne par le cabinet d’avocats Stein & Stein.

On reprochait à la compagnie d’avoir continué de prélever les paiements mensuels de ses membres au-delà de la mi-mars. Nautilus Plus proposait de prolonger la durée initiale de leur abonnement d’autant de mois que les centres demeureraient fermés. 

La direction de Nautilus Plus souligne que l’entreprise a souffert de la fermeture de ses centres durant « 15 mois ». 

Les nouveaux investisseurs, Fondaction, le PDG actuel, M. Légaré, et les vice-présidents en place, Marie-Josée Després et Sylvain Cyr, disent vouloir garder le siège social au Québec et conserver l’équipe de gestion en place. Ils souhaitent « acquérir l’ensemble de l’entreprise ».

–Avec la collaboration d’Andrea Valeria

Nautilus Plus      

  • Fondée en 1978 à Québec  
  • 33 centres de conditionnement physique au Québec   
  • Plus de 700 travailleurs  
  • 41,9 millions $ de dettes