/regional/montreal/montreal

Éviction repoussée au Manoir Lafontaine

L’éviction massive des 90 locataires du Manoir Lafontaine n’aura finalement pas lieu à la fin du mois de juin puisque la contestation devant le Tribunal administratif du logement s’organise.

• À lire aussi: Manoir Lafontaine : « On va aller au Tribunal et on va se battre »

• À lire aussi: Menacés d’expulsion, les locataires du Manoir Lafontaine manifestent

 En effet, le 30 juin était la date retenue pour l’éviction. Toutefois, étant donné que le Tribunal aura à trancher une question importante, à savoir si le propriétaire a raison d’évincer tout le monde pour faire les travaux, les locataires bénéficient en d’un sursis de quelques semaines, voire quelques mois. 

Ils rencontrent d’ailleurs leur avocat lundi.

«On accepte les travaux, mais on refuse les évictions, parce qu’on sait que la tentative de Hillpark c’est clairement de nous faire partir», explique une résidente de l’immeuble en entrevue à TVA Nouvelles.

L’édifice, orné de banderoles apposées par des locataires qui dénoncent l’attitude de la compagnie Hillpark Capital, propriété de Brandon Shiller et Jeremy Kornbluth, est devenu une sorte de symbole du phénomène de rénovictions à Montréal. 

Les rénovations doivent s’échelonner sur une période de sept mois. 

Après quoi les locataires devraient être en mesure de réintégrer leur logement. 

Cependant, avec la crise immobilière actuelle, il devient presque impossible pour eux de trouver un endroit où se loger, même temporairement. 

«On est d’accord avec les travaux, mais on n’est pas d’accord avec la vision d’Hillpark du building qui veut mettre tout le monde dehors pour une durée minimale de sept mois, mais c’est certain que ça va être plus. Nous on pense et on est convaincus que les rénovations peuvent se faire avec les locataires dans le building», affirme un autre locataire.