/news/society

Une autre possibilité aux maisons des aînés

Une initiative d’un promoteur privé tente d’offrir un autre genre de «maison des aînés» à Terrebonne.

• À lire aussi: Dignité des aînés: c’est ce qu’on devrait offrir à ceux qui ont bâti le Québec

• À lire aussi: La place des personnes handicapées dans les futures maisons des aînés

• À lire aussi: Les aînés auront enfin un peu de liberté

La pandémie de la COVID-19 a exposé les faiblesses des CHSLD qui sont un modèle que bien peu de gens souhaitent voir perpétuer. 

La Maison l'Étincelle de Terrebonne a été construite au coût de 30 millions de dollars pour tenter d’offrir une troisième option pour cette génération.

«En fait, la cour est pensée vraiment pour les résidents et résidentes qui ont des problèmes cognitifs. On retrouve aussi un poulailler parce que, ça, on sait que ça va attirer les gens, ils vont passer du temps là, ça peut faire de l'intergénérationnel», mentionne Philippe Voyer, professeur titulaire à la faculté des sciences infirmières de l’Université Laval.

Cette maison est située juste à côté d’une école. Les enfants pourront rendre visite à l'occasion à des résidents comme Michel Lehoullier, atteint de troubles neurocognitifs.

«J'adore ça. C'est une belle place. Oui. La bouffe est bonne», explique Michel Lehoullier, résident de la Maison de l’Étincelle.

La Maison l'Étincelle compte neuf maisonnées de 16 résidents chacune.

96 des 144 chambres sont louées par le CISSS de Lanaudière. Les autres chambres sont celles de résidents qui déboursent entre 4 700 et 9 000 dollars par mois selon les niveaux de soins.

Phillipe Voyer, qui a conseillé le gouvernement du Québec pour les maisons des aînés, a aussi été appelé à partager les mêmes idées ici.

«Tous les déplacements des gens aux opérations, qu'il n’y ait pas de valeur ajoutée, ça se passe dans ce corridor-ci. Jamais on ne perturbe la vie des résidents dans leurs activités quotidiennes» souligne le professeur.

Il n'y a pas de poste de garde, mais un simple bureau pour surveiller les résidents. Des caméras et des détecteurs de mouvements dans les chambres sont connectés à des tablettes numériques. Les médicaments sont aussi gardés dans chaque chambre.

«On a fait ici un projet qui coûte trois fois moins cher que l'équivalent avec la maison des aînés qui va se faire à Repentigny», mentionne Sébastien Barrette, associé de la Maison l’Étincelle.

«On ne peut pas comparer ce que vous n’avez pas vu encore», explique Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.