/news/currentevents

Alcool au volant: un jeune de 17 ans arrêté à Drummondville

Un jeune homme de 17 ans a été arrêté pour conduite avec les facultés affaiblies après une violente sortie de route qui a coûté la vie à son meilleur ami très tôt samedi matin à Drummondville.

Vers 1h30, le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule, qui a d’abord frôlé un arbre avant d’en frapper un autre de plein fouet quelques mètres plus loin. 

Le passager Alex Farcelais, 17 ans, est mort sur le coup. Il était son meilleur ami, selon plusieurs proches rencontrés samedi. 

Quatre autres occupants étaient dans le véhicule et ont subi des blessures mineures. 

Plusieurs Drummondvillois se sont rassemblés samedi sur le site de l’accident, à l’intersection des rues Clair et Grande-Allée, un secteur résidentiel. 

«Alex était mon ami depuis le primaire, a confié Anthony Beaulieu d’une voix faible . Il n’y avait pas de malice dans ce gars-là. Il était présent pour tout le monde et il avait de l’ambition. Il se serait rendu loin dans la vie.» 

Un résidant du secteur a été témoin du drame avec sa conjointe. Il a été dans les premiers à intervenir sur la scène de l’accident. 

«Les jeunes circulaient en malade dans la rue», a raconté celui qui n’a pas voulu s’identifier publiquement. 

«Le conducteur était sonné. Il ne semblait pas réaliser ce qui venait de se passer», a ajouté le témoin. 

Le témoin s’est rappelé un accident survenu en 2010 sur le boulevard Mercure à Drummondville, qui avait marqué la région. Quatre jeunes dans un véhicule avaient perdu la vie, après avoir frappé un arbre à plus de 140 km/h. Le taux d’alcool du conducteur dépassait de deux fois la limite permise. 

Même scénario 

Le coroner Yvon Garneau, appelé à travailler sur le site de ces deux accidents, s’est rappelé de mauvais souvenirs. 

«Je ne peux pas dire que j’ai eu l’impression de revivre le même film que celui du boulevard Mercure, puisqu’il y avait une victime au lieu de quatre. Par contre, si ce n’est pas dans le même film, c’est dans un scénario semblable. Le prélude est pas mal pareil, mais la finalité n’est pas la même», a-t-il souligné. 

Yvon Garneau ignore si le conducteur détenait un permis probatoire ou un temporaire. Il a refusé de donner plus de détails; l’enquête de la Sûreté du Québec est toujours en cours.