/news/coronavirus

Une semaine chômée décrétée à Moscou devant la hausse des cas

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a décrété samedi une semaine chômée pour endiguer la propagation de coronavirus dans la capitale russe, face à une hausse drastique des cas de contaminations. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Cette annonce intervient alors que M. Sobianine a déjà tiré la sonnette d’alarme vendredi, s’inquiétant d’une nouvelle envolée des cas de COVID-19 à Moscou et déplorant le nombre croissant des malades plus durs à soigner sur fond de campagne de vaccination poussive.

« Cette dernière semaine, la situation avec la propagation du coronavirus s’est nettement détériorée, le nombre de nouvelles contaminations ayant atteint les pics de l’année dernière », a déclaré M. Sobianine dans un communiqué.

Moscou a enregistré samedi 6 701 nouveaux cas de coronavirus, un record pour la capitale russe depuis décembre dernier.

« On ne peut pas ne pas réagir à cette situation », a souligné M. Sobianine.

« Pour arrêter la hausse de l’incidence et préserver la vie des gens, j’ai signé un décret » prévoyant une semaine chômée du 12 au 20 juin », a-t-il indiqué.

Le maire de Moscou a également ordonné la fermeture des aires de jeux pour les enfants dans les centres commerciaux et les parcs jusqu’au 20 juin.

Il a appelé les employeurs à privilégier le régime de télétravail pour les employés qui ne se sont pas fait vacciner contre la COVID-19, essentiellement des personnes âgées considérées comme plus vulnérables.

Le maire a aussi interdit aux restaurants et aux bars de la capitale de servir les clients entre 23 h et 6 h, en précisant que seule la vente à emporter restera autorisée pendant ces heures-ci.

La Russie a enregistré samedi 13 510 nouveaux cas de coronavirus et 399 décès, le nombre total des cas recensés dans le pays ayant atteint 5 193 964, dont 126 073 décès.

« Ce qui est le plus préoccupant, les médecins disent qu’il y a beaucoup de malades dans un état grave », parmi lesquels « même de jeunes gens », a dit M. Sobianine, en appelant les Moscovites à passer la semaine chômée et payée à la maison ou dans leur résidence secondaire à la campagne.

La mairie de Moscou a déjà annoncé cette semaine la réouverture d’hôpitaux de campagne pour accueillir les malades de la COVID.

Assurer une vaccination de masse

Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays qui accueille à partir de samedi quatre matchs de l’Euro de football, a également reconnu être confronté à une croissance du nombre des infections.

Depuis décembre, à peine 18 millions de Russes, soit environ 12 % de la population, ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID, selon les chiffres officiels.

Or, selon le président russe Vladimir Poutine, le pays « a besoin que 60 % (de la population) soient immunisés ».

« Actuellement, compte tenu des volumes du vaccin produit en Russie nous pouvons vacciner tous ceux qui le souhaitent, mais le problème est que [...] les gens se méfient de telles procédures », a-t-il déclaré samedi, cité par l’agence de presse Interfax.

« Il faut se faire vacciner de manière plus active », a insisté de son côté M. Sobianine. « Jusqu’à ce que l’on puisse assurer en effet une vaccination de masse, la ville va osciller » entre la hausse et la baisse des cas, a-t-il prévenu.

La Russie est l’un des pays les plus touchés par la pandémie.

Selon l’agence publique des statistiques Rosstat, plus de 270 000 morts lui étaient liés à la fin avril soit plus du double du bilan officiel publié quotidiennement par le gouvernement.