/news/coronavirus

Des milliers de doses américaines gaspillées après avoir été refusées par le Canada

Un membre du Congrès américain souhaite que les citoyens canadiens puissent traverser la frontière pour aller se faire vacciner aux États-Unis.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Le Canada fournira 100 millions de doses, confirme Trudeau

• À lire aussi: L’Ontario réduit l’intervalle entre deux doses d’AstraZeneca à huit semaines

C’est ce que le démocrate Brian Higgins a déclaré en entrevue à Global News.

«Je crois que nous devrions ouvrir la frontière aux Canadiens qui veulent se faire vacciner, mais ne peuvent le faire au Canada», a-t-il affirmé.

Le membre du congrès explique que son pays a présentement des surplus de doses qui doivent être jetés après un certain délai. Pendant ce temps, plusieurs maires de municipalités canadiennes situées près de la frontière font ressentir leur frustration face à cette situation. 

Ces élus déplorent que les autorités sanitaires canadiennes mettent des bâtons dans les roues à plusieurs citoyens qui désirent se faire vacciner le plus vite possible.

«Il y a 35 000 doses qui sont envoyées aux poubelles à seulement deux kilomètres de chez nous, au moment où on se parle», a déploré le maire de Windsor, Drew Dilkens lundi dernier.

Le maire de Niagara Falls, Jim Diodati affirme pour sa part qu’il doit refuser des offres américaines en raison de Santé Canada.

«Nos homologues américains nous disent qu’ils ont des doses de plus et nous demandent si nous les voudrions avant qu’ils ne les jettent. Ils aimeraient mieux que ces doses se retrouvent dans un bras que dans un site d’enfouissement», explique Jim Diodati.

«Et nous avons des bras qui seraient disponibles pour recevoir ces doses», ajoute-t-il.

La santé publique canadienne dit non

Le président de l’Hôpital régional de Windsor a indiqué à Global News avoir reçu une proposition de la part des propriétaires de l’Ambassador Bridge, le pont qui relie Windsor (Canada) et Detroit (États-Unis).

Ces derniers suggéraient d’installer un centre de vaccination à l’extrémité du pont située aux États-Unis.

L’idée serait que les citoyens canadiens traversent le pont, reçoivent leur injection sans quitter leur véhicule et retournent chez eux par la suite.

Une autre option aurait été qu’un site de vaccination soit aménagé dans le tunnel entre les deux villes afin qu’une infirmière américaine puisse y administrer les doses de vaccin.

Selon Global News, ces propositions ont toutefois été refusées par l’Agence de santé publique du Canada.

À ce jour, environ la moitié des Américains ont reçu leurs deux doses de vaccin. Pendant ce temps, seulement un peu plus de 9% des Canadiens ont obtenu leurs deux injections.