/news/coronavirus

La fin du masque obligatoire en tout temps au travail: un relâchement qui surprend

Le port du masque ne sera plus obligatoire en tout temps au travail, selon la CNESST. L’organisme en a fait l’annonce il y a quelques jours. Par contre, ce relâchement des mesures sanitaires surprend Steeve Tremblay, consultant à la Santé et Sécurité au travail.

• À lire aussi: Le port du masque devrait rester, selon le Dr Njoo

• À lire aussi: L’urgence sanitaire et l’été à venir: il faut se poser les bonnes questions

• À lire aussi: Masque ou pas masque au sommet du G7?

À partir de maintenant, la CNESST permet aux employés d’enlever le masque lorsqu’ils se retrouvent derrière une barrière physique comme un plexiglas.

«Moi, particulièrement en santé et sécurité au travail, je recommande quand même dans les zones jaunes de continuer de porter le masque même à plus de deux mètres de distance et même avec la barrière physique », mentionne Steeve Tremblay, consultant Santé Sécurité au travail.

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommande fortement de laisser le port du masque obligatoire dans ces circonstances.

«La CNESST est l’organisme qui gère la loi et les règlements en santé et sécurité au travail. Ce n’est pas un organisme de santé publique. Avec les variants qui sont toujours en circulation (...) il y a toujours des risques et on doit quand même demeurer très prudent», justifie Steeve Tremblay.

L’expert explique sa décision en rappelant la situation en Angleterre qui a dû repousser le déconfinement en raison d’une remontée des cas depuis la présence du variant Delta sur son territoire.

Mesures à l’extérieur     

Dans le communiqué de la CNESST, on peut lire qu’à l’extérieur, le port du masque n’est plus obligatoire. Encore une fois le consultant en Santé Sécurité au travail entrevoit ce relâchement avec une certaine prudence.

«Peu importe le type d’emploi que vous faites, si vous vous retrouvez à moins de deux mètres de quelqu’un, portez le masque. Il faut demeurer prudent»

En entrevue sur les ondes de LCN, Seeve Tremblay a répété qu’il faut utiliser son jugement dans les situations à l’extérieur.

«Il ne faut pas virer fou avec les mesures non plus. Si on est à plus de deux mètres et on est à l’extérieur et on est seul à travailler, il n’y a pas de problème, on n’est pas obligé de porter le masque», souligne-t-il.

Par exemple dans le milieu de la construction, il peut y avoir certaines zones grises où les travailleurs pourraient garder un masque sur eux pour le mettre lorsqu’ils se rapprochent de leurs collègues pour effectuer des tâches.

Autres relâchements     

La CNESST n’oblige plus les travailleurs à nettoyer les outils communs entre chaque usage. Les protections oculaires comme les lunettes de protection ou les visières ne sont plus obligatoires également.

Steeve Tremblay recommande aux employeurs de conserver quand même ses mesures qui sont déjà intégrées dans la routine des travailleurs pour encore un certain moment.

«Dès qu’on permet un petit relâchement, la population, elle, ce qu’elle entend, c’est un relâchement total et c’est ce qui est dangereux à mon avis.»