/news/politics

Le Canada fournira 100 millions de doses, confirme Trudeau

Le gouvernement du Canada fournira l’équivalent d’une centaine de millions de doses aux pays en développement pour les aider à lutter contre la pandémie de COVID-19, a confirmé le premier ministre Justin Trudeau en clôture du sommet du G7 à Carbis Bay, au Royaume-Uni.

• À lire aussi: Le G7 passe à l'action face à la pandémie, la crise climatique et la Chine

• À lire aussi: Pleins feux sur l'urgence climatique au dernier jour du G7

• À lire aussi: G7: Trudeau et Macron unis pour la relance post-COVID

M. Trudeau a précisé que les doses promises font partie d’un engagement collectif des pays du G7 pour fournir plus de 2 milliards de doses. Quatre-vingt-sept millions de doses canadiennes seront offertes via le programme international COVAX grâce à un engagement financier, tandis que 13 millions proviendront directement des stocks de vaccin achetés par Ottawa.

«Nous en aurons plus à dire dans les prochaines semaines alors que notre système d’achat de vaccin pourrait permettre d’offrir encore plus de doses», a poursuivi le premier ministre.

Financement vert doublé  

La question des changements climatiques a aussi retenu l’attention du premier ministre, qui a souligné que «le G7 se joindra au Canada pour protéger 30 % des terres et 30 % des océans d’ici 2030, contribuant ainsi à freiner et à renverser la perte de diversité».

«Le Canada va doubler jusqu’à 5,3 milliards $ sur cinq ans son financement climatique pour aider les pays autour du monde à lutter contre les changements climatiques», a-t-il ajouté.

M. Trudeau a notamment insisté sur son engagement, suivi par le G7, de mettre fin aux investissements dans les mines de charbon thermique.

«On a été très ambitieux dans notre approche. On va continuer à respecter nos engagements pris dans le passé, par rapport aux mines de charbon, à notre financement. Nous avons été en mission, mais nous reconnaissons que nous devons être très ambitieux», a assuré le premier ministre en répondant aux questions des journalistes, notamment à savoir si le G7 aurait pu chercher à aller plus loin en mettant fin aux subventions accordées à l’industrie pétrolière, et pas seulement à l’industrie du charbon.

La Chine dans le collimateur  

Le Sommet du G7 a aussi représenté une occasion, pour M. Trudeau, de faire le plein d’appuis face à la Chine dans le dossier de la détention des deux Michael, arrêtés à la suite de l’arrestation de la directrice financière d’Huawei, Meng Wanzhou, à Vancouver à la fin 2018.

«Je veux remercier tous nos partenaires qui condamnent la détention arbitraire de Michael Kovrig et Michael Spavor et nous appuient en réclamant leur libération immédiate», a affirmé Justin Trudeau.

Ce dernier a cependant reconnu que la Chine pose un problème complexe, elle qui est devenue une actrice incontournable sur la scène internationale. «Il y a des enjeux sur lesquels il va falloir qu’on travaille sur la Chine, par exemple sur les changements climatiques. À d’autres niveaux, on va être en compétition, sur l’économie ou le commerce par exemple. Et sur un troisième point, il faut que l'on conteste la chine, sur la question des droits de l’Homme», a développé M. Trudeau.