/news/coronavirus

Un retour en force des infections communes chez les enfants?

Bloc grippe rhume enfant allergie

Photo Fotolia

Alors que les cas de COVID-19 diminuent au Québec et au Canada, certains experts anticipent une recrudescence de plusieurs autres infections, plus communes avant la pandémie, chez les enfants.

• À lire aussi: Emportée par la grippe à seulement 3 ans

• À lire aussi: La grippe fait beaucoup d’enfants malades

• À lire aussi: Des provinces sur le seuil d’une nouvelle étape de déconfinement

En entrevue à Global News, la Dre Fatima Kakkar, qui est spécialiste des maladies infectieuses au CHU Sainte-Justine, a affirmé que les cas de rhume, de grippe, de pneumonies et d’otites réapparaissent graduellement dans la communauté et dans les hôpitaux pédiatriques.

Cette dernière explique qu’en raison des mesures sanitaires, ces infections avaient pratiquement disparu.

«Mais elles reviennent, parce que les gens se déconfinent et sont de plus en plus exposés à ces virus», affirme la Dre Fatima Kakkar.

Elle précise toutefois que, contrairement à certaines craintes plutôt répandues, la pandémie n’a pas affaibli le système immunitaire des enfants. Un avis que partage le Dr Gerald Evans, titulaire de la chaire de recherche en maladies infectieuses de l’Université Queen’s, à Kingston en Ontario.

«C’est une mauvaise compréhension. Votre système immunitaire fonctionne en tout temps» affirme le Dr Evans.

Ce dernier explique que le corps humain est toujours plein de bactéries et n’est donc jamais dans un environnement stérile.

Retour hâtif du virus respiratoire syncytial

Les deux médecins s’attendent entre autres à voir une recrudescence du virus respiratoire syncytial (VRS).

Ce dernier est responsable de diverses infections, dont des bronchites et des pneumonies. Le virus peut être particulièrement virulent chez les poupons de moins d’un an.

Déjà aux États-Unis, les autorités médicales observent une montée du nombre de cas de VRS.

Selon la Société pédiatrique canadienne, la saison du VRS débute habituellement entre novembre et janvier. Celle-ci dure généralement de quatre à cinq mois.

Au CHU Ste-Justine, ont se prépare déjà à une hausse considérable des infections causées par le VRS, dès cet été.

L’hôpital constate déjà une légère hausse du nombre d’enfants aux prises avec des maladies respiratoires.

Dans la même catégorie