/finance/homepage

Des ventes de 200 millions $ en pleine crise sanitaire

Jérémi Fournier avec Jean-Philippe Tremblay, chargé de projet, sur un site d’assemblage d’équipement lourd en Abitibi.

Photo courtoisie

Jérémi Fournier avec Jean-Philippe Tremblay, chargé de projet, sur un site d’assemblage d’équipement lourd en Abitibi.

Une entreprise familiale de Val-d’Or de troisième génération a réussi à aller chercher un chiffre d’affaires de plus de 200 millions $ malgré les vents de face de la crise de la COVID-19.

« Le secteur minier a été probablement l’un des moins touchés par la pandémie. Ça a été l’un des premiers à être décrété comme service essentiel pratiquement avec les services de santé », partage Jérémi Fournier, président de Fournier et Fils, qui a son siège social à Val-d’Or.

Fondée en 1938 par son grand-père, une année après la fondation de la ville de Val-d’Or, la PME familiale qu’il dirige a dû cesser ses activités quelques semaines, mais a pu profiter par la suite de la vigueur du secteur.

Domaine en effervescence

Ces dernières décennies, Fournier et Fils s’est spécialisée dans les travaux des sites miniers, allant jusqu’à être capable d’opérer des mines à ciel ouvert avec un service « clé en main ».

Travaux d’infrastructures, terrassement, excavation, coffrages et bétonnage pour les bâtiments, concassages d’agrégats... l’entreprise québécoise du comté de La Vallée-de-l’Or est parvenue à tirer son épingle du jeu durant la crise.

« De 2019 à 2020, le chiffre d’affaires a diminué légèrement en fonction de la COVID parce que l’on a quand même perdu un quatre à huit semaines d’opérations, mais 2021 sera au-delà de 2019 et 2020 », explique Jérémi Fournier, qui prévoit des ventes de 200 M$ cette année.

« Il y a beaucoup de fonds publics qui sont injectés. Il y a beaucoup d’effervescence dans le domaine minier, donc ça a donné un très gros tremplin. Fin 2020, le prix des métaux a augmenté », illustre-t-il.

Quand on lui demande s’il doit subir des pénuries de ciment, comme l’a révélé Le Journal la semaine dernière, il répond qu’il parvient à éviter les coups.

« On souffre quand même un petit peu de la pénurie de ciment actuellement. On n’a pas retardé de livraisons ou de commandes, mais on sent que le marché est fragile », conclut-il.


Au Québec, plus de 48 000 emplois sont liés au monde minier. On y dépense 10 milliards $ par année et on compte quelque 3800 fournisseurs, selon l’Association minière du Québec (AMQ).