/news/world

Disparition d'Estelle Mouzin: nouvelles recherches dans le nord de la France

Une nouvelle opération de recherche des restes d'Estelle Mouzin, victime présumée en 2003, à neuf ans, de Michel Fourniret, a été engagée lundi dans les Ardennes, dans le nord de la France, en présence de l'ex-épouse du tueur en série défunt, ont indiqué un avocat de la famille et une source proche du dossier.

AFP

Cette septième campagne de fouilles en un an a repris dans un bois communal d'Issancourt-et-Rumel, exploré pendant trois jours fin avril par les enquêteurs et la juge d'instruction Sabine Kheris, a indiqué à l'AFP Me Didier Seban.

S'exprimant en marge d'un procès à Douai, il a précisé que ces nouvelles fouilles étaient organisées pour «deux à trois jours au minimum».

Malgré les indications fournies sur le site par la complice et ex-épouse de «l'ogre des Ardennes», Monique Olivier, les dernières fouilles s'étaient soldées par un échec.

Monique Olivier, qui purge une peine de 28 ans de prison pour complicité dans quatre des meurtres de son ex-mari, décédé le 10 mai, Monique Olivier, 72 ans, «continue de vouloir coopérer avec la justice» a ajouté l'avocat.

AFP

Lors d'une précédente campagne de recherches, elle avait pour la première fois reconnu le 1er avril un rôle dans la séquestration d'Estelle.

Elle avait précisé avoir accompagné son ex-mari au bord du bois d'Issancourt-et-Rumel pour le laisser aller enfouir le corps de la fillette, le 11 janvier 2003.

Deux jours plus tôt, l'enfant avait été enlevée sur le chemin de l'école à Guermantes, dans la région parisienne.

Le village d'Issancourt-et-Rumel se situe à quelque 4 km de Ville-sur-Lumes, où, toujours selon Monique Olivier, Fourniret a séquestré, violé et tué Estelle, dans une maison appartenant à sa soeur.

«Tout a été confirmé, reconfirmé par Monique Olivier. Elle a confirmé que c'était dans cette zone que le corps avait été enterré», avait-il relevé.

Dans la même catégorie