/regional/troisrivieres/mauricie

Élan de soutien envers le Domaine scout St-Louis-de-France

Après l’orage violent qui a frappé de plein fouet Trois-Rivières, le Domaine scout St-Louis-de-France a lui aussi connu des dégâts inimaginables, mais une corvée de nettoyage organisée en fin de semaine a réussi à attirer un peu plus de 400 bénévoles qui ont dégagé une bonne partie des débris.

À son arrivée au camp de jour, le directeur général, Sébastien Johnson, était dévasté. Près de 3 500 arbres étaient déracinés, la plupart des sentiers étaient obstrués par des débris et plusieurs aires de jeux étaient détruites, du jamais vu en 70 ans.

La forêt enchantée se transforme en sorte de cimetière, a décrit M. Johnson.

«On peut voir les autos passer dans la rue...», s’est exaspéré le directeur général, alors que des coins de forêt ont complètement disparu.

Le camp de jour avait réclamé de l’aide sur sa page Facebook le 9 juin dernier, demandant de les aider «à sauver le domaine».

Et c’est un véritable élan de solidarité qui s’est fait ressentir le samedi et le dimanche qui ont suivi, des centaines de personnes étant présentes, dont deux bien connues.

C’est avec une scie à chaîne à la main que la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, ainsi que la conseillère municipale et candidate à la mairie de Trois-Rivières, Valérie Renaud-Martin, ont participé à la corvée de nettoyage.

Selon Mme Lebel, il était important d’être présent à ce ménage pour pouvoir offrir aux jeunes un camp de vacances après une année bien difficile.

«Pour moi c’était important. J’ai d’ailleurs contribué en leur envoyant 5000$, mais au-delà de l’argent, ce sont des bras dont ils ont besoin», a souligné la députée de Champlain.

La saison des camps d’été n’est donc plus mise en péril au Domaine scout St-Louis-de-France grâce à tous ces bénévoles.

«Le site que l’on voit maintenant, c’est un site qui est relativement dégagé. Initialement, c’était une vraie hécatombe», a déclaré M. Johnson, visiblement soulagé de l’avancement des travaux.

Le travail n’est toutefois pas fini, loin de là. Des bénévoles sur place ont mentionné que le nettoyage va bon train et avance même plus vite que prévu.

Malgré tout, il reste toujours 30% des débris de bois à retirer, qui se sont accumulés durant la tempête, en plus de les déchiqueter.

«Il y a un bout de chemin de fait. Est-ce que c’est tout? Vraiment pas !», s’est exclamé une monitrice de camp de jour.

Le directeur général a invité les gens à se représenter en tant que bénévole les 19 et 20 juin prochain pour accomplir les tâches de nettoyage.

M. Johnson espère encore obtenir l’aide de près de 150 personnes.