/news/world

L'opposant biélorusse «exhibé» par les autorités

Les autorités de la Biélorussie ont présenté lundi le journaliste emprisonné Roman Protassevitch lors d'une conférence de presse qualifiée par l'opposition de «scène kafkaïenne» réalisée sous la contrainte.  

• À lire aussi: Vol Ryanair détourné: Washington renforce ses sanctions contre la Biélorussie

• À lire aussi: Avion détourné: Loukachenko se dit dans la légalité et s'en prend à l'Occident

• À lire aussi: Avion détourné en Biélorussie: l'ONU demande la libération immédiate de l'opposant

Le 23 mai, Roman Protassevitch et sa compagne russe Sofia Sapega ont été arrêtés à Minsk après le détournement de leur avion de ligne qui volait au-dessus de la Biélorussie, suscitant un tollé occidental et l'interdiction aux compagnies européennes de survoler le pays.

L'opposant de 26 ans est l'ex-rédacteur en chef du média Nexta qui avait joué un rôle clé dans la contestation historique contre la réélection du président biélorusse Alexandre Loukachenko en 2020. 

Depuis son arrestation, Roman Protassevitch est déjà apparu dans deux vidéos où il reconnaissait des crimes, notamment une interview sur une chaîne publique. À chaque fois, l'opposition a dénoncé des mises en scène sous la contrainte, une pratique utilisée de longue date par le régime de Loukachenko.

Lundi, le militant était cette fois présent lors d'une conférence de presse du ministère biélorusse des Affaires étrangères lors de laquelle il a affirmé être en excellente santé et soutenu que personne ne le violentait.

«Peu importe ce qu'il dit, n'oublions pas, c'est un otage. Et le régime se sert de lui comme d'un trophée», a réagi sur Twitter Franak Viačorka, un conseiller de la cheffe de l'opposition en exil, Svetlana Tikhanovskaïa.

«Ce n'est pas une conférence de presse, mais une scène tirée de Kafka ou d'Orwell», a ajouté M. Viačorka.

Lors de la conférence, deux hauts responsables biélorusses ont réaffirmé la version de Minsk sur le déroutage du vol, assurant avoir reçu une menace erronée signée du groupe palestinien Hamas disant qu'une bombe était à bord.

Plusieurs responsables occidentaux, notamment la chancelière allemande Angela Merkel, ont jugé ces explications non crédibles et estiment qu'il s'agissait d'un subterfuge pour arrêter l'opposant.