/news/coronavirus

Verra-t-on plus de partisans au Centre Bell?

Malgré le souhait du premier ministre, il y a peu de chances d'avoir un aréna rempli au maximum de sa capacité, vendredi, à Montréal en raison de la menace du variant Delta.

• À lire aussi: CH-Knights: début de la bataille

• À lire aussi: Max Pacioretty : «On veut gagner cette bataille pour lui» - Jonathan Marchessault

• À lire aussi: Les bars pourront aller en prolongation

«C'est facile de s'exciter pour le Canadien», souligne le ministre Christian Dubé.

Un scénario comme celui de Vegas serait très surprenant en raison des priorités du gouvernement et de la santé publique.

«Ce qui est aux États-Unis, comme "benchmark", en ce moment, puis à Vegas, ce ne sont pas nos valeurs à nous, on s'entend. Nous, on est plus de conception européenne. Vous avez vu qu'avec l'Euro, en ce moment, il y a encore des stades où les restrictions sont très importantes. Il ne faudrait pas qu'on se fasse reprocher que, pour des raisons émotives, on oublie qu'on a payé, durant les 13-14-15 derniers mois, au prix de beaucoup de sacrifices, pendant qu'il y a encore un variant», mentionne le ministre de la Santé et des Services sociaux.

Le variant Delta, qui force l'Angleterre à repousser son déconfinement d'un mois, inquiète au Québec.

«Pour l'instant, on est relativement épargné. Je pense que c'est juste une question de temps avant que le variant Delta devienne plus menaçant, qu'il gagne du terrain», explique le docteur Nicholas Brousseau, médecin-conseil pour l’INSPQ.

À ce jour, on a répertorié 34 cas de variant Delta, dont 20 à Montréal. Même si près de 80% de la population a reçu sa première dose, le groupe des 18-30 ans est critiqué par le gouvernement.

«200 000 personnes qui ont entre 18 et 30 ans ou l'on n'a pas encore atteint notre 75%, puis ça, il y en a beaucoup qui regardent le Canadien, puis il y en a beaucoup qui se rendent au Centre Bell pour fêter quand c'est le temps. J'aimerais ça que tout le monde se fasse vacciner», rappelle le ministre Christian Dubé.

Notons que présentement, 13% de la population a reçu sa deuxième dose