/news/politics

Exploitation sexuelle des mineurs: Québec crée une équipe d’enquêtes virtuelles

Le gouvernement du Québec a annoncé, mardi, la création d’une première équipe de policiers exclusivement dédiée aux enquêtes virtuelles pour lutter contre la prolifération de la pornographie juvénile en ligne.

Formée de 17 agents, l’Équipe intégrée de lutte à la prostitution juvénile (EILPJ) aura pour mandat de détecter et contrecarrer la production et la distribution de pornographie juvénile sur internet.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a annoncé que Québec consacrerait une somme de 12,6 millions $ sur cinq ans à cette nouvelle équipe pour l’appuyer dans sa mission.

«Il y a tout un pendant du Web clandestin, de publicités de services sexuels, qui se fait dont on n’est pas conscient, mais qui est très présent et alimenté», a-t-elle expliqué.

Dans le cadre d’une conférence de presse à Montréal, mardi, elle a également annoncé que le gouvernement consacrerait 80 millions $ sur la même période pour renforcer l’Équipe intégrée de lutte au proxénétisme (EILP).

«De penser que des gens encourage, participent ou tirent profit de l’exploitation sexuelle de nos enfants, ça nous répugne, ça nous met hors de nous», a-t-elle expliqué pour illustrer l’urgence d’agir dans ce domaine.

Le nombre d’agents dédiés à la répression de l’exploitation sexuelle des mineurs passera ainsi à près de 100. Deux sous-équipes, une à Québec et une autre à Gatineau, seront ajoutées pour augmenter «le rayon d’action sur une base interrégionale» de l’EILP, a indiqué Geneviève Guilbault.

La Sûreté du Québec (SQ) note une augmentation de 300 % des signalements en matière d’exploitation sexuelle de mineurs dans la dernière année, a révélé la directrice générale par intérim de la SQ, Johanne Beausoleil.

«C’est majeur et ce n’est pas avec quatre ou cinq ressources qu’on pouvait arriver à rejoindre toutes ces personnes-là», a-t-elle dit.

Une somme de 8,1 millions $ est aussi destinée au Directeur des poursuites criminelles et pénales afin de répondre adéquatement à l'augmentation du volume de dossiers appréhendée à la suite de la bonification des activités policières en matière d'exploitation sexuelle des mineurs.

L’organisme pourra ainsi embaucher neuf procureurs et un technicien judiciaire supplémentaires, a précisé le ministre de la Justice, Simon Jolin-Barrette.

Dans la même catégorie