/news/law

13e féminicide: arrêté en décembre, il s'était engagé à ne pas «harceler» la victime

L’homme accusé du meurtre non prémédité de sa conjointe a été arrêté en décembre et il s’était engagé devant un juge, il y a à peine quatre mois, à ne pas «troubler l’ordre public» ou à s’en prendre à la victime. 

• À lire aussi: Féminicide à Québec: le suspect officiellement accusé de meurtre au deuxième degré

Le 30 décembre 2020, les policiers du Service de police de la Ville de Québec ont procédé à l’arrestation de Noureddine Mimouni , un homme de 33 ans originaire de l’Algérie.  

Amené devant la juge Sandra Rioux où il avait été accusé de voies de fait, séquestration et menace de «brûler, détruite ou endommager un bien» soit l’appartement de Limoilou où s’est produit le drame, le trentenaire qui ne possédait aucun antécédent judiciaire au Canada avait pu reprendre sa liberté sous plusieurs conditions.  

Photo courtoisie

Interdit de contact   

Il devait notamment résider à l’Auberivière puisqu’il était arrivé au pays en septembre 2020 et qu’il ne savait pas où aller et il lui avait été interdit de se rendre à l’appartement de la victime, Nathalie Piché, ou encore d’entrer en contact avec elle.  

Un mois plus tard, ses conditions ont toutefois été modifiées et l’interdiction de «ne pas être en présence de la plaignante» avait été retirée.  

Le 18 février, Mimouni était de retour en Cour, cette fois devant le juge René de la Sablonnière.  

810   

Reconnaissant que la plaignante avait «des craintes» raisonnables de croire qu’il puisse lui causer des lésions corporelles ou de s’en prendre à sa propriété, l’homme avait accepté de signer un 810. Comme seule condition spécifique, il s’était engagé à ne pas «importuner» la dame.  

«Vous comprenez que vous pouvez lui parler... mais quand vous devenez harassant ou un petit peu agressif avec elle, ne serait-ce que dans le ton, vous l’importunez... vous comprenez?», avait questionné le juge qui s’était vu répondre par l’affirmatif. 

Une fois l’engagement contracté, l’homme avait été acquitté des accusations initiales portées contre lui.   

La procureure aux poursuites criminelles et pénales qui va piloter le dossier, Me Mélanie Ducharme, a vu le prochain passage du présumé meurtrier être reporté au 29 juin.  

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE              

Ligne québécoise de prévention du suicide

www.aqps.info 

1 866-APPELLE (277-3553)                                                          

SOS violence conjugale 

www.sosviolenceconjugale.ca 

1 800 363-9010     

Dans la même catégorie