/sports/homepage

Canadien de Montréal: vers un retour de Jeff Petry

Le Canadien pourrait obtenir du renfort de taille pour le deuxième match de la série. Dominique Ducharme n’a rien voulu confirmer à cet égard, mais il pourrait bien compter sur le retour de Jeff Petry.

• À lire aussi: La santé publique permet 1000 spectateurs de plus au Centre Bell

• À lire aussi: La fièvre des éliminatoires continue de se faire sentir

• À lire aussi: Séries de la LNH: sept Québécois en grande forme

«Demain [mercredi matin], il participera à l’entraînement matinal. Mais on ne saura pas avant la période d’échauffement s’il sera en mesure de jouer», a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien au lendemain du revers de 4 à 1 de son équipe dans le premier duel de la demi-finale face aux Golden Knights de Vegas.

Le défenseur est l’un des seuls joueurs qui ont foulé la glace du T-Mobile

Arena, mardi midi. Il était accompagné de Jon

Merrill, Jake Evans et des joueurs de surplus. Pour leur part, les réguliers avaient été conviés à un entraînement hors glace.

Blessé à la main droite, l’Américain de 33 ans risque d’être un peu limité dans ses mouvements lorsqu’il reviendra au jeu. Néanmoins, un Petry à 80 % vaut mieux que pas de Petry du tout.

Fait pour affronter Vegas

D’ailleurs, les conséquences de son absence au cours du premier affrontement contre les Knights ont été plus flagrantes que pendant celui contre les Jets. Il faut dire que contre Winnipeg, Montréal n’avait écopé que d’une seule punition, ce qui avait grandement aidé Ducharme et son adjoint Luke Richardson dans la gestion du temps de jeu des défenseurs.

«C’est un de nos meilleurs défenseurs et un des bons dans la LNH. C’est un gars qui patine et qui bouge bien la rondelle. Peu importe qui on affronte, c’est un joueur important pour nous», a souligné Ducharme.

Bien bouger la rondelle, c’est un des aspects du jeu qui a fait défaut chez le Canadien lundi. Surtout en relance. Il faut dire que l’échec avant des gros attaquants des Golden Knights est étouffant.

En raison de cette pression constante, il sera impossible pour Shea Weber et Ben Chiarot de tenir la cadence en jouant plus de 25 minutes par match.

«Chaque fois que tu es privé d’un joueur-clé, ça fait mal. Jeff a été splendide pour nous cette saison, a souligné Chiarot. On a amorcé une nouvelle série contre d’excellents patineurs. Jeff est également un excellent patineur, donc c’est sûr qu’il est un morceau important pour nous.»

Un déséquilibre

D’ailleurs, l’absence du numéro 26 amène un lourd déséquilibre à la ligne bleue.

Pour ce premier match, Ducharme n’a pas eu d’autre choix que de donner plus de temps de jeu à Brett Kulak (16 min 53 s), Alexander Romanov (15 min 11 s) et Erik Gustafsson (13 min 45 s).

Contre les Jets, ça passe, mais contre les Golden Knights, c’est suicidaire.

Ducharme a même dû offrir un rôle régulier à Romanov en infériorité numérique, ce qu’on n’a pas vu souvent au cours de la saison.

Même à forces égales, la pression était forte lorsque Romanov était sur la patinoire. En sa présence, le Canadien a accordé sept lancers et n’en a dirigé aucun. Ce qui est un indice qu’il n’est pas sorti souvent de son territoire.

Un pilier en attaque

Petry, qui passe en moyenne 23 min 52 s sur la surface de jeu, est un rouage important de l’attaque du Canadien. Particulièrement en supériorité numérique alors qu’il a enregistré deux des trois points qu’il a inscrits depuis le début des séries.

Lundi soir, c’est Chiarot qui occupait sa place, près de Weber, sur la deuxième unité d’attaque massive. Le bon Chiarot a beaucoup de qualités, mais celle de diriger la rondelle en supériorité numérique n’en fait pas partie.

Considérant que les Golden Knights éprouvent des ennuis à court d’un homme (22 sur 31, 71 %), c’est le genre d’occasions sur lesquelles il faut sauter.

«Jeff est un pilier de notre équipe. Il a été notre meilleur défenseur toute la saison et une pièce importante en supériorité numérique. Il nous manque, mais il va mieux. On espère le revoir rapidement», avait d’ailleurs indiqué son coéquipier Joel Edmundson après la rencontre de lundi.

Peut-être mercredi soir, Joel. Peut-être mercredi soir.