/regional/sherbrooke/centreduquebec

L'autodrome de Drummond veut pouvoir reprendre ses courses

Le propriétaire de l’autodrome Drummond, Yan Bussière, déplore de ne pas avoir le droit de tenir des événements avant le 25 juin, sous prétexte que les compétitions amateurs sont interdites.

• À lire aussi: Ces nouvelles qui font jaser chez vous

• À lire aussi: Sherbrooke: des courses d'accélération malgré l'alerte maximale

• À lire aussi: Un pilote automobile se tue sur une moto

Pourtant, des autodromes des régions voisines ont la permission de tenir des événements. Par exemple, celui de Chaudière à Vallée-Jonction a présenté deux programmes des courses les 30 mai et 12 juin, devant 750 spectateurs

Le promoteur de l’autodrome de Chaudière, Martin Roy Jr s'explique mal que son collègue de Drummondville ne puisse pas en faire autant.

Selon un mémo, la Santé publique de Chaudière-Appalaches se réfère au décret du 9 juin qui autorise ce type d'activité.

Yan Bussière croit que celle de la Mauricie–Centre-du-Québec utilise une version antérieure qui remonte au 26 mai.

Pour ajouter à sa frustration, il a reçu, ces derniers jours, deux avis d'infraction pour des courses présentées le 15 août de l'été dernier. Il devra s’acquitter d’une amende de 3000 $ pour avoir tenu un rassemblement de plus de 250 personnes et d’une autre de 4 500 $ pour avoir refusé d'y mettre fin.

Il soutient pourtant que la Sûreté du Québec, la santé publique et la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) avaient des représentants sur les lieux. S’ils lui ont demandé d’apporter certains correctifs pour les courses suivantes, ils ne lui auraient jamais demandé de mettre un terme à l’événement, a-t-il affirmé.