/news/coronavirus

Une avocate antivaccin sème l’émoi

Une avocate qui se vante sur les réseaux sociaux d’être antivaccin fait sourciller ses collègues, au point où Le Journal a appris que plusieurs d’entre eux ont déposé une plainte contre elle au Barreau du Québec. 

Me Gloriane Blais, une avocate de Lac-Mégantic, pratique à son compte depuis plus de 20 ans. En décembre dernier, la juriste a été vue dans une manifestation antivaccin où elle a écopé d’une contravention. 

Elle revient maintenant dans l’actualité avec des publications controversées sur Facebook. Dans celles-ci, l’avocate demande carrément aux gouvernements de «suspendre les injections expérimentales de la COVID-19». 

«Vous avez pris la première injection [contre la COVID-19]? Vous allez réussir à vous pardonner. Mais là, ce qui est important, c’est de vous remettre assez rapidement en question pour protéger nos enfants», affirme Me Blais dans une vidéo où elle encourage les Québécois à renoncer à la vaccination. 

Pour quatre avocats contactés par Le Journal, cette publication sur sa page Facebook est la goutte qui a fait déborder le vase. Chacun de leur côté, ils ont déposé immédiatement une plainte contre Gloriane Blais après avoir vu cette vidéo. 

Me Gloriane Blais en compagnie du militant antimasque Chris Sky dans une manifestation contre les mesures sanitaires, qui s’est tenue à Montréal le 1er mai.

Gloriane Blais / Facebook

Me Gloriane Blais en compagnie du militant antimasque Chris Sky dans une manifestation contre les mesures sanitaires, qui s’est tenue à Montréal le 1er mai.

«On espère juste que le Barreau va rapidement agir et que ça ne va pas terminer dans un trou noir. [...] Elle enfreint clairement notre Code de déontologie avec ses pseudo-avis juridiques sur Facebook qui vont contre la science et le gouvernement», tonnent ces avocats, qui préfèrent taire leur identité par crainte de représailles. 

Sous la loupe du syndic  

Pour sa part, le Barreau du Québec affirme qu’il ne peut pas «commenter la situation particulière d’un membre ou les opinions qu’il émet sur la place publique». 

Le Journal a aussi appris que Gloriane Blais fait désormais l’objet d’une plainte disciplinaire déposée le mois dernier par le Bureau du syndic pour «manque à son devoir de soutenir les tribunaux». 

L’avocate avec François Amalega et Stéphane Blais, deux militants antimasques, à une manif contre les mesures sanitaires, à Montréal, qui a eu lieu le 5 juin dernier.

Gloriane Blais / Facebook

L’avocate avec François Amalega et Stéphane Blais, deux militants antimasques, à une manif contre les mesures sanitaires, à Montréal, qui a eu lieu le 5 juin dernier.

Toutefois, cette plainte est confidentielle. Il est donc impossible de savoir pour le moment si elle est liée aux propos controversés de l’avocate sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, la date de son audition devant le Conseil de discipline n’est toujours pas fixée. 

«Vous êtes endoctriné»  

Contactée par notre représentant, Me Gloriane Blais affirme que la plainte disciplinaire n’est pas du tout liée à ses propos par rapport aux vaccins ou à la COVID-19. 

«Je comprends que la société a été endoctrinée. À un moment donné, il faut apprendre à se poser des questions. [...] Je ne ferai pas d’autres commentaires. Vous êtes vous-même endoctriné», a fustigé l’avocate, avant de raccrocher rapidement. 

Le professeur en déontologue à l’École du Barreau du Québec, Me Michel Tétrault, affirme que le comportement de Me Blais fait plutôt honte à la profession. 

«Je vois que ses propos sur Facebook vont surtout contre l’honneur et la dignité des avocats. Il y a un article qui interdit ça dans le Code de déontologie. Dire aux gens de ne pas se faire vacciner, avec une opinion juridique plus ou moins solide, ça entrerait probablement là-dedans», conclut-il.