/news/society

Appels d’offres annulés: les maisons des aînés sont prises dans la surchauffe

La surchauffe du secteur de la construction a forcé l’annulation de quatre nouveaux appels d’offres pour des maisons des aînés.

• À lire aussi: Les maisons des aînés sur la Côte-Nord tardent encore

• À lire aussi: Des maisons des aînés qui vont coûter une vraie fortune

• À lire aussi: Une autre possibilité aux maisons des aînés

La Société québécoise des infrastructures (SQI) a pris cette décision récemment pour des projets situés à Dorval, Longueuil, Saint-Hilarion et Granby.

«Les prix des soumissions dépassaient les prix estimés», a déclaré le porte-parole Martin Roy.

Les soumissions reçues vont de 31 millions $ à 41 millions $. La SQI a seulement rendu public le budget global de chaque maison, sans divulguer quels sont les frais de construction.

Malgré ces annulations, la SQI maintient son objectif de livrer 2600 places d’ici 2022. Au total, 3468 places doivent être créées dans 46 maisons des aînés au coût de 2,4 milliards $.

Au début du mois, notre Bureau d’enquête a constaté que le coût de construction par place frisait déjà 1 million $ dans certaines régions.

Dans un contexte de surchauffe du secteur de la construction, plusieurs appels d’offres n’ont reçu qu’une seule soumission.

Neuf appels d’offres annulés

Le processus d’octroi du contrat pour la construction de la maison des aînés de Baie-Comeau a carrément dû être annulé faute de soumissionnaire, comme nous l’avons rapporté précédemment.

Au total, neuf appels d’offres pour la construction de maisons des aînés ont été annulés jusqu’ici, la majorité en raison de soumissions trop élevées. Ce chiffre pourrait encore augmenter.

«C’est une situation qui pourrait être appelée à se répéter, particulièrement dans le contexte du marché actuel», a affirmé M. Roy.

Ajustements

L’Association de la construction du Québec (ACQ) affirme que les soumissions des entrepreneurs sont plus élevées, car ils veulent se protéger des risques de hausse du coût des matériaux.

Des discussions sont en cours pour ajouter aux contrats de nouvelles clauses qui permettraient d’ajuster les prix en fonction des variations qui pourraient survenir.

L’ACQ n’a pas voulu s’avancer sur l’impact des annulations pour l’échéancier de 2022 pour les maisons des aînés.

«Si on veut arriver à temps, le gouvernement doit déposer ses appels d’offres rapidement, mais pour avoir plus de soumissions il faut apporter des clauses d’ajustement de prix», a dit le porte-parole Guillaume Houle.