/news/coronavirus

Des incitatifs pour convaincre la vaccination chez les jeunes adultes

Est-ce que le Québec devrait faire comme certains pays et donner des incitatifs pour convaincre la vaccination chez les jeunes adultes? Cette tranche d’âge est celle qui est le moins vaccinée jusqu’à maintenant et aura un rôle crucial dans la relance économique de la province. Mercedi soir, le ministre Christian Dubé a mentionné donné des hot-dogs gratuits à ceux qui se font vacciner près du Centre Bell, en plus d’avoir la chance de gagner un chandail de hockey de Cole Caufield.

• À lire aussi: Un joint contre un vaccin: l'État de Washington incite ses habitants à la vaccination

• À lire aussi: Gagner un Pick-up et fusils de chasse pour la fête des pères vaccinés

• À lire aussi: Loterie COVID-19: la gagnante souhaite une nouvelle voiture... usagée

À l’émission « À Vos Affaires », Pierre-Olivier Zappa a demandé si ce genre d’incitatifs devraient être reproduits plus souvent.

«Ça donne de la presse à la vaccination. Il y a un concept en marketing qui dit ‘‘parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parles-en’’ donc je pense que de parler de la vaccination de façon sérieuse ou humoristique, je pense que c’est une bonne chose», mentionne le docteur Olivier Drouin, pédiatre au CHU Sainte-Justine et spécialiste en sciences comportementales.

Le docteur précise que le gouvernement a été en mesure de toucher la corde sensible de plusieurs groupes d’âge pour les convaincre d’aller se faire vacciner.

«Chez la population plus vieille, c’est un risque qui était très personnel ‘‘j’ai peur pour ma santé’’. Pour les 12-17 ans, c’était une approche très différente, on jouait beaucoup plus sur le retour à la normalité, on a beaucoup parlé des bals de finissants... pour les 18-39 ans, il faut trouver un angle qui va aller les chercher», mentionne le docteur.

Avant d’instaurer des incitatifs, le gouvernement selon Olivier Drouin devrait continuer à se déplacer vers les foules pour offrir des cliniques de vaccination mobile. Il a ajouté qu’en installer une près du Centre Bell comme celle que le gouvernement a faite mercredi était une très bonne idée.

«La première étape, avant d’y aller avec des incitatifs, c’est de rendre ça facile. En science comportementale on dit ‘‘make it easy’’ donc rendez ça facile, rendez ça disponible sur les lieux de travail parce que les gens qui veulent se faire vacciner et qui étaient prêts à faire 20-25 minutes de routes, sont déjà vaccinés», souligne Olivier Drouin.

Oui à l’incitatif, mais ça doit être planifié 

En terminant, le docteur Olivier Drouin a laissé entendre que l’ajout d’un incitatif pourrait être une bonne idée, mais ceci ne doit pas être n’importe quoi.  

«L’idée de recevoir un petit quelques choses en recevant le vaccin, comme vous l’avez dit ca été essayé ailleurs et ça même fonctionné ailleurs (...) par contre, je pense qu’il faut faire un peu attention dans la façon que c’est mis en place», en faisant allusion à l’entreprise Krispy Kreme qui a du reculer un peu parce qu’ils avaient certaines personnes qui n’avaient pas accès à la gratuité, car ils ne pouvaient pas se faire vacciner pour des raisons médicales.

Initiatives ailleurs dans le monde 

· Loterie d’un million de dollars au Colorado et dans l’Ohio 

· Réduction de 5% des taxes foncières dans les quartiers de New Delhi en Inde

· Le New Jersey a offert une bière à tous les résidents de plus de 21 ans qui ont reçu une dose de vaccin

· L'État du Washington offre un joint de cannabis préroulé aux adultes de 21 ans et plus qui se font vacciner. 

· L'entreprise Krispy Kreme offre depuis le mois de mars un beigne glacé gratuit par jour à toute personne vaccinée qui se présente avec une carte de vaccination à l'une de ses succursales américaines.