/finance/homepage

«Exceldor préfère euthanasier les poulets que de nous donner notre salaire»

Bien que l’entreprise Exceldor ait accepté l’arbitrage proposé par le ministre du Travail, Jean Boulet, le syndicat des employés explique de son côté ne pas avoir pris de décision à ce sujet et craint de perdre son pouvoir de négociation.

• À lire aussi: Grève chez Exceldor: la coopérative accepte l’arbitrage proposé par Jean Boulet

• À lire aussi: L’UPA et les éleveurs pris en cage par les conflits de travail

• À lire aussi: Crise du poulet: une situation «inconcevable», dénoncent les producteurs

L’arbitrage permettrait de faire cesser les moyens de pression tout en continuant les négociations avec l’arbitre.  

D’autres rencontres de négociation sont prévues prochainement, et le syndicat des employés d’Exceldor qui compte 600 membres, veut miser sur celles-ci. 

Mercredi matin, de nombreux travailleurs étaient sur place, devant l’entreprise à Saint-Anselme, après plus de trois semaines. 

TVA Nouvelles est allé à la rencontre des employés pour connaître leur opinion face à l’arbitrage. 

«Ce que je trouve de valeur, c’est qu’Exceldor préfère euthanasier les poulets que de nous donner notre salaire, je trouve que c’est de la cruauté animale», explique une syndiquée. 

Un autre membre craignait qu’une décision prise par l’arbitre leur donne un salaire plus bas que ce qui avait été proposé en négociations. 

«Ça ne me tente pas qu’un arbitre détermine nos conditions de travail et notre salaire», dénonçait un autre syndiqué. 

Capture d'écran TVA Nouvelles

 

Sur ses réseaux sociaux en début d’après-midi, le premier ministre François Legault a qualifié la situation d’«indécente» et a appelé à la fin du gaspillage alimentaire engendré par l’euthanasie des poulets.

«C’est environ 13% de la production de poulet au Québec qu’on jette à la poubelle chaque semaine. Il y a un mot pour ça. C’est du gaspillage. Et il faut que ça cesse», a écrit M. Legault.

Il a ainsi invité le syndicat «à saisir la main tendue» d’Exceldor qui a accepté la nomination d’un arbitre pour dénouer l’impasse.

«Il y a un moyen de régler ça rapidement, de façon équitable pour tout le monde, et en arrêtant le gaspillage. (...) Il faut mettre fin à cette honte. Une solution existe», a-t-il ajouté.

Depuis le début du conflit, environ 1 million de poulets ont été euthanasiés et jetés. Une situation dénoncée par les experts et l’industrie, et provoquant des pénuries. 

En entrevue à Mario Dumont, le ministre du Travail a assuré que l'arbitrage est un processus impartial visant à trouver la meilleure des solutions. Il a également dénoncé le gaspillage alimentaire inconcevable qui n'a pas sa place dans la société à l'heure actuelle. 

Les travailleurs syndiqués d’Exceldor réclament d’obtenir un salaire de 25 $ de l’heure. Ils ont refusé, en mai, une offre qui aurait fait passer leur salaire de 20,71 $ de l’heure à 22,51 $ de l’heure, en plus du versement d’un montant forfaitaire de 1500 $ par employé.

Cette demande des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC) aurait rendu la coopérative non concurrentielle, juge Exceldor.

Les travailleurs sont sans contrat de travail depuis juillet 2020.

Dans la même catégorie