/news/currentevents

Féminicide dans Limoilou: la victime craignait son conjoint

Assassinée dans son appartement de Limoilou dans la nuit de lundi à mardi, la mère de famille se disait victime de violence conjugale.

«Je sais qu’il l’avait déjà frappée. Elle était victime de violence conjugale, elle me l’a dit», mentionne son amie et confidente Cindy H., dévastée d’apprendre que le conjoint de son amie, Noureddine Mimouni, aurait vraisemblablement commis l’irréparable.   

• À lire aussi: 13e féminicide: arrêté en décembre, il s'était engagé à ne pas «harceler» la victime

• À lire aussi: Féminicide à Québec: le suspect officiellement accusé de meurtre au deuxième degré

• À lire aussi: 13e féminicide: «on ne pourra jamais tout empêcher», dit la ministre Geneviève Guilbault

Les deux femmes s’étaient rencontrées sur un site d’entraide pour les victimes de mariages frauduleux. Nathalie Piché, qui devient la 13e victime de féminicide depuis le début de l’année au Québec, s’y était confiée sur sa relation, afin d’obtenir de l’aide.  

Mariés   

L’automne dernier, Nathalie Piché, 55 ans, s’était mariée à Noureddine Mimouni, 33 ans, à peine quelques mois après qu’ils se soient rencontrés sur internet. Un mariage qui ne faisait pas l’unanimité auprès de sa famille, selon nos informations.  

«Quelques semaines après le mariage, elle a découvert qu’il s’affichait sur des sites de rencontres pour avoir des aventures avec des jeunes femmes. Elle me disait qu’il n’était pas attiré vers elle, mais vers les plus jeunes. Elle était triste lorsqu’elle a réalisé qu’il l’avait mariée pour les papiers [pour obtenir sa citoyenneté canadienne]», raconte Cindy H., résidente du sud de la France, qui parlait pendant «plusieurs heures» avec Mme Piché chaque semaine.   

La victime avait d’ailleurs porté plainte contre Mimouni au Service de police de la Ville de Québec en décembre dernier. L’accusé avait été remis en liberté sous conditions. 

Les policiers ont découvert un couteau dans un bac à l’extérieur et l’ont emporté pour analyses.

Photo Stevens Leblanc

Les policiers ont découvert un couteau dans un bac à l’extérieur et l’ont emporté pour analyses.

Violences   

Les choses se sont par la suite rapidement envenimées. La victime se plaignait de disputes fréquentes ainsi que de violences verbales et physiques. Elle qualifiait l’homme d’origine algérienne de «narcissique pervers, qui se prenait toujours en photos», raconte sa confidente.   

Il y a quelques semaines, Cindy lui a conseillé de quitter ce mariage. «Je savais qu’il fouillait dans son téléphone. Après lui avoir dit ça, j’ai été bloquée et je n’ai plus eu de nouvelles. Je sentais que quelque chose ne tournait pas», explique-t-elle, attristée.  

Le propriétaire de l’immeuble affirme avoir également reçu deux plaintes concernant le couple, pour des disputes violentes au cours des derniers mois.  

«Elle l’a souvent mis dehors, mais elle se cachait, cachait sa voiture, elle avait peur qu’il revienne. Puis, elle le prenait en pitié et finissait par le reprendre. Elle l’aimait», poursuit son amie. «Elle me disait qu’il était bon comédien, qu’il savait comment l’avoir chaque fois», ajoute-t-elle.  

Décrite comme une femme joviale au grand cœur qui mordait dans la vie, Nathalie Piché était mère de trois enfants et grand-maman.

Photo courtoisie

Décrite comme une femme joviale au grand cœur qui mordait dans la vie, Nathalie Piché était mère de trois enfants et grand-maman.

Proches anéantis  

Sur sa page Facebook, une de ses filles a affirmé être «anéantie». «[C]e misérable homme nous a enlevé notre mère, le début de l'enfer qui commence», a-t-elle écrit.  

«Elle était terriblement fière de ses filles», mentionne pour sa part Sylvie Lefrançois, une amie d’enfance.  

Interrogés par Le Journal, des voisins ont exprimé leur consternation et leur tristesse face au drame.   

Enquête en cours   

Vers 2h du matin, les policiers ont été appelés à se rendre au 3325, avenue Duval à Limoilou, dans un appartement du 3e étage, où ils ont découvert le corps inanimé d’une femme.  

Selon nos informations, Nathalie Piché aurait été poignardée.   

L’accusé s’est ensuite lui-même rendu aux autorités, vers 4h du matin, où il a été arrêté pour meurtre. Il a été transporté à l’hôpital pour traiter un choc nerveux et il a comparu en après-midi au palais de justice de Québec, où il a été formellement accusé de meurtre au deuxième degré.  

Il s’agit du premier meurtre sur le territoire de la ville de Québec en 2021.  

– Avec la collaboration de Jérémy Bernier 

 

Si vous avez besoin d’aide  

SOS violence conjugale

www.sosviolenceconjugale.ca

1 800 363-9010