/regional/montreal/montreal

Marvin Rotrand annonce sa retraite

Joël Lemay / Agence QMI

Après 39 ans de politique municipale, Marvin Rotrand, le doyen de l’hôtel de ville, annonce sa retraite. Celui qui siégeait comme indépendant donne également son appui à Denis Coderre pour les prochaines élections.

Depuis 1982, il représentait le district de Snowdon, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

«Si je me représente [à nouveau], je devrais faire un autre 4 ans. Et je ne me vois pas travailler comme je le fais présentement jusqu’à l’âge de 74 ans, a-t-il confié. C’est le temps pour une nouvelle génération.»

Il ajoute avoir confiance aux candidats recrutés pour l’arrondissement par Ensemble Montréal, auquel il donne son appui, révélant avoir été rassuré par de nombreuses conversations téléphoniques avec Denis Coderre au cours des derniers mois.

M. Rotrand compte profiter de sa retraite pour passer davantage de temps avec sa famille, notamment avec ses petits-enfants. Néanmoins, il prévoit poursuivre autrement son implication dans la communauté de son arrondissement, en utilisant notamment son expertise au profit des nombreux organismes qui y opèrent.

«C’est le temps pour moi de faire autre chose, de travailler moins fort, mais d’avoir toujours un mot à dire dans les affaires de la Ville. Je ne disparaîtrais pas», a-t-il ajouté.

À ses débuts en politique municipale, Jean Drapeau était encore le maire de la métropole. Une époque qui paraît bien lointaine aujourd’hui. «J’ai vu des changements majeurs. Quand je suis arrivé, tout le pouvoir était au maire et à son exécutif», se rappelle le conseiller municipal.

Parmi les réalisations dont il se dit fier, il nomme le fait d’avoir travaillé à mettre sur pied la période de questions des citoyens, ainsi que d’avoir participé à la création des commissions du conseil.

M. Rotrand s’est également dit fier d’avoir toujours été proche de ses électeurs, ajoutant en connaître beaucoup d’entre eux «personnellement», et n’ayant jamais hésité à prendre le téléphone ou se rendre chez eux pour leur venir en aide.

«Je pense que la qualité des services que j’ai donné, et le fait que j’ai toujours fait valoir leur intérêt plutôt que celui d’un parti a eu une résonnance avec mes électeurs», a-t-il révélé.

Il a souvent été reconnu pour son travail visant à reconnaître et à inclure les personnes de la diversité au sein des différentes instances. En novembre, il avait à cet égard proposé une motion demandant aux partis politiques de faire en sorte que le tiers de leurs candidats soient des personnes de minorités ethniques.

C’est d’ailleurs l’engagement d’Ensemble Montréal à cet égard qui l’a convaincu de donner son appui au parti, après avoir été indépendant.

«Il ne faut pas faire ce qui est arrivé dans le passé, où les partis mettaient des personnes au dernier moment dans des districts qui n’étaient pas gagnables, simplement pour dire qu’ils avaient des candidats de la diversité», a-t-il prévenu, en lançant une pointe vers Projet Montréal.