/regional/montreal/montreal

Le Centre de services scolaire de Montréal sous tutelle

Sébastien St-Jean /Agence QMI

Le Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) a été placé sous tutelle, mercredi, dans la foulée d’un rapport accablant détaillant un climat de travail toxique au sein du conseil d’administration de l’organisation.

• À lire aussi: Apparence de collusion et climat toxique: rapport accablant pour un centre de services

Le gouvernement du Québec a expliqué, par communiqué, n’avoir d’autres choix que de placer sous tutelle l’ancienne commission scolaire «pour assurer le redressement de sa gouvernance et mettre en place, de manière durable, les meilleures pratiques en matière d'administration»

Jean-François Lachance a été désigné pour administrer le centre de services pendant la tutelle.

«L'objectif immédiat est notamment d'assurer une rentrée scolaire 2021 pleinement fonctionnelle, dans l'intérêt prioritaire des élèves concernés. À moyen terme, cette mise sous tutelle permettra la mise en place des conditions propices à l'instauration d'une saine gouvernance au sein du CSS», a détaillé le ministère de l’Éducation.

La tutelle sera en vigueur pendant au moins six mois.

Le gouvernement avait amorcé, en janvier 2021, une enquête sur un conflit de travail entre le conseil d’administration et la direction générale qui rendait le CSSDM dysfonctionnel.

Six administrateurs, pour la présidente du conseil Mélisandre Shanks, avaient même démissionné en avril dernier à la suite de deux enquêtes qui avaient conclu à des manquements éthiques de la part de Mme Shanks, avait rapporté le «Journal de Montréal» ce printemps.

Des conflits d’intérêts, des bris de confidentialité et de l’abus de confiance auraient aussi miné le conseil d’administration.

Devant ces problématiques, la firme de ressources humaines Brio, qui a réalisé l’enquête, avait estimé qu’une tutelle était nécessaire au CSSDM.

C’est la deuxième fois que le gouvernement Legault doit se résoudre à mettre sous tutelle une administration scolaire. En 2019, il avait fait de même avec la Commission scolaire English-Montreal en raison de ses problèmes de gestion et ses conflits internes.