/news/currentevents

Rapport annuel du SPVM: moins de criminalité, mais plus de crimes haineux

Dans une année marquée par la pandémie de COVID-19 et les mesures de confinement, la criminalité a été en baisse en 2020 à Montréal, à l’exception des incidents et crimes haineux, qui ont explosé.

Les incidents haineux basés sur la race, l’origine ethnique ou la couleur de la peau ont bondi de 106,9 %, passant de 29 en 2019 à 60 en 2020, peut-on lire dans le rapport annuel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rendu public mercredi.

Les crimes haineux concernant les mêmes raisons ont quant à eux augmenté de près de 53 %.

Les crimes contre la personne (-3 %), les crimes contre la propriété (-11,9 %) et les «autres infractions au Code criminel» - telles que la prostitution et les infractions relatives aux armes à feu - (-16,6 %) ont connu des baisses en 2020, comparativement à 2019.

Il faut dire que le contexte de la pandémie a fort probablement contribué à la baisse de certains types de crimes, notamment parce que les gens ont été confinés chez eux durant une partie de l’année.

C’est d’ailleurs pourquoi le SPVM estime qu’il faut analyser les statistiques annuelles avec «précaution».

Violence conjugale et intrafamiliale 

Les mesures de confinement semblent avoir eu un impact sur le nombre d’épisodes de violence conjugale ou intrafamiliale.

«Le confinement a vraisemblablement eu des effets sur les victimes de violence conjugale et intrafamiliale quant à leur capacité à demander de l’aide, à avoir accès à des services et en ce qui a trait à la possibilité de détection ou de dénonciation de situations par un tiers, en particulier dans les cas d’abus d’enfants», a écrit le SPVM dans son rapport d’une vingtaine de pages.

Plus de tentatives de meurtre 

Bien que la plupart des crimes aient diminué en 2020 par rapport à l’année précédente, le nombre de tentatives de meurtre a augmenté, passant de 122 à 131.

De ces 131 tentatives de meurtre, 57 ont été commises à l’aide d’une arme à feu, ce qui représente une hausse de 72,7 %.

Le nombre de meurtres est demeuré inchangé entre 2019 et 2020, s’établissant à 25.

Enfin, sur le réseau routier, 49 personnes ont perdu la vie lors d’accidents en 2020, soit 30 automobilistes (ou passagers), 18 piétons et un cycliste.