/news/politics

AstraZeneca: Québec fait marche arrière sur le vaccin à prioriser en deuxième dose

Québec fait marche arrière et recommandera finalement à ceux qui ont reçu le vaccin d’AstraZeneca d’opter pour le vaccin de leur choix en deuxième dose.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: COVID-19: un million de doses de Moderna arriveront au pays ce soir

• À lire aussi: AstraZeneca: le choix d’un autre vaccin en seconde dose encouragé

Mercredi soir, sur le site du gouvernement, on indiquait pourtant que «les personnes de 18 ans et plus qui ont reçu le vaccin Covishield ou AstraZeneca comme première dose devraient recevoir un vaccin Pfizer ou Moderna pour leur 2e dose».

En conférence de presse, jeudi matin, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a affirmé qu’il s’agissait d’une «déclaration erronée» et a plaidé «l’erreur de communication» de la part du gouvernement.

«Les gens qui ont reçu un AstraZeneca ne devraient pas nécessairement prendre un ARN. Il y a eu une erreur, on va corriger l’erreur ce matin. Le Dr Arruda a été très clair, quelqu’un qui a reçu un AstraZeneca peut décider, de façon éclairée, de continuer avec AstraZeneca, ou de prendre le ARN, mais ne devrait pas nécessairement passer par un ARN», a-t-il expliqué.

Les vaccins à ARN messager regroupent notamment les vaccins des pharmaceutiques Pfizer et Moderna.

Selon les explications fournies par le ministre, ceux qui ont reçu le vaccin d’AstraZeneca s’exposent à des effets secondaires plus importants s’ils choisissent d’opter pour une deuxième dose d’un autre vaccin. Leur niveau de protection serait toutefois plus élevé que s’ils optent pour deux doses du produit d’AstraZeneca.

Des problèmes avec Clic santé 

Le ministre Christian Dubé a aussi reconnu que certains Québécois éprouvaient des problèmes à devancer leur deuxième dose sur le site Clic santé au moment où Pfizer a annoncé des retards dans ses livraisons pour les deux premières semaines de juillet.

«Malgré ces retards-là, Pfizer nous a confirmé qu’on les aurait un peu plus tard, donc l’échéancier du 31 août n’est pas changé», a-t-il toutefois déclaré.

Québec s’est engagé à offrir deux doses de vaccins à tous les Québécois qui le désirent d’ici le 31 août prochain.

«Vous savez, on accélère trois millions de rendez-vous en 30 jours. On va être capables d’accélérer moins de rendez-vous pendant les deux premières semaines de juillet, mais à la fin du processus, on va quand même être capables de respecter notre échéancier», a insisté Christian Dubé.

Les problèmes techniques sur le site Clic santé devraient être réglés «dans les prochains jours», a-t-il ajouté en présentant ses excuses au nom du gouvernement.