/news/coronavirus

Cadres du réseau de la santé: plus de 200 000 $ en heures supplémentaires

Visite des travaux de l'Hôpital Lakeshore pour la 2e vague de la COVID et s'ajuster de la pandémie. Ils rénovent leurs installations vétustes.

Photo d'archives, Ben Pelosse

Des cadres du réseau de la santé ont empoché beaucoup plus que leur salaire de base durant la pandémie grâce aux heures supplémentaires rémunérées, allant même jusqu’à plus de 200 000 $ additionnels. 

• À lire aussi: Des docs touchent 4,6 M$ avec la «prime oxygène»

Directrice de santé publique de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (MCQ), Dre Marie-Josée Godi a gagné 206 702 $ seulement en heures supplémentaires entre avril 2020 et février 2021, selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux.  

Ce montant est même plus élevé que son salaire de base de 197 449 $. Au total, elle a donc touché 404 151 $ en 11 mois. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la MCQ n’a pas voulu préciser combien d’heures par semaine Dre Godi travaillait. 

Au CISSS de la Montérégie-Est, le directeur des soins critiques et activités hospitalières, Éric Tremblay, a encaissé 201 960 $ en heures supplémentaires. Au total, sa rémunération a atteint 362 944 $. 

Au total, la facture des heures supplémentaires des cadres supérieurs du réseau a atteint 5 718 923 $, selon ces données du ministère. À Montréal, la directrice de santé publique, Dre Mylène Drouin, a empoché 160 284 $ en excédent.

Les cadres du réseau de la santé ne sont normalement pas payés pour leurs heures additionnelles. Or, en raison de la pandémie de COVID-19, cette exception a été permise après 40 heures régulières. 

Pénurie d’employés  

Selon plusieurs acteurs du milieu, une pénurie de personnel a forcé les gestionnaires à travailler davantage. 

« Au moment où la crise est arrivée, il manquait des gens », souligne Chantal Marchand, P.-D. G de l’Association des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux. « Ces heures-là, ils ne les ont pas volées. Ils les ont faites parce qu’il y avait une crise. » 

Au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, on explique que Dre Godi était la seule spécialiste en santé publique, sur les neuf postes disponibles.  

En Montérégie-Est, le CISSS souligne que M. Tremblay avait la responsabilité des urgences et des soins intensifs de trois hôpitaux, en plus des activités de soir, de nuit et de fin de semaine.  

Réseau à réorganiser 

L’organisation du travail dans le réseau doit être absolument revue, selon une experte.

« On a dépassé la limite. [...] Il faut faire une réflexion pour tirer des leçons et éviter qu’on ait à refaire vivre ça aux employés, d’en bas de l’échelle jusqu’en haut de l’échelle », croit Roxane Borgès Da Silva, spécialisée en politique de santé à l’Université de Montréal. 

Le Ministère a récemment demandé de réduire les heures supplémentaires des cadres. 

M. Tremblay et Dre Godi n’ont pas répondu à la demande d’entrevue du Journal

Les cadres les plus payés en heures supplémentaires   

  • Directrice de santé publique (DSP) du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (MCQ) : 206 702 $  
  • Directeur des soins critiques du CISSS de la Montérégie-Est : 201 960 $  
  • DSP du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal : 160 284 $  
  • DG adjoint du CISSS de la Gaspésie : 113 714 $  
  • DSP du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean : 97 140 $  
  • Directeur soins infirmiers du CIUSSS de la MCQ : 92 445 $  
  • DG adjoint du CISSS de la Montérégie-Est : 91 729 $  
  • Directeur soins infirmiers du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal : 81 734 $   

source : Ministère de la Santé, du 1er avril 2020 au 27 février 2021