/news/law

Cinq mois de prison pour avoir espionné ses amis

Le Rimouskois Vincent-Bernard Couture a écopé d'une peine de cinq mois pour s'être introduit illégalement dans une résidence en plus d'y avoir installé une caméra pour espionner ses occupants.

Le charpentier-menuisier de 41 ans connaissait ses victimes puisqu’ils étaient des amis, ce qui a aggravé la situation selon la juge Luce Kennedy.

Sa conjointe et lui avaient la confiance des résidents et s'y rendaient à l'occasion pour arroser les plantes; ce fut donc facile pour lui d'avoir accès aux clés de la maison. 

À l'automne 2019, Couture s'est introduit dans la résidence et a dissimulé une caméra dans un détecteur de fumée pour pouvoir espionner et regarder les occupants dans leur intimité.

Quelques jours plus tard, il est retourné sur les lieux pour télécharger les vidéos et déplacer la caméra dans la chambre à coucher des maîtres.

C'est la fillette du couple qui a remarqué quelque chose d'inhabituel dans le détecteur de fumée qui a permis de découvrir la caméra cachée.

L'enquête des policiers a révélé que l'homme de 41 ans a laissé des traces de son crime dans son ordinateur. Non seulement il a fait des recherches sur internet pour savoir comment réaliser son plan, mais les policiers ont aussi mis la main sur plusieurs vidéos des victimes.

Vincent-Bernard Couture a plaidé coupable de voyeurisme et d'entrée par effraction.

La défense souhaitait une peine plus clémente, mais la juge Kennedy a pris en considération les éléments aggravants soient la planification et la préméditation, l'abus de confiance pour fixer la sentence. La Couronne souhaitait une peine de six mois d’emprisonnement.

La procureure de la Couronne Me Isabelle Gavioli est satisfaite de la peine imposée à Vincent-Bernard Couture et croit que ce type de crime risque malheureusement d’être plus fréquent en raison des nouvelles technologies. 

« C’est le genre de crime qui est relativement nouveau, qui est fréquent, mais le problème c'est qu'on peut avoir de la difficulté à les trouver et ça peut facilement être impuni», a expliqué Me Gavioli.