/regional/sherbrooke/estrie

Deux villes voisines attendent impatiemment la réouverture de la frontière canado-américaine

Collées l’une sur l’autre, jamais les municipalités de Stanstead, au Québec, et de Derby Line, au Vermont, n’ont été aussi éloignées que depuis la fermeture de la frontière canado-américaine il y a bientôt 15 mois.

Des familles ont été ainsi séparées et des gens ont été privés de leurs proches.

Robin Smith habitait du côté américain. Elle traversait la douane chaque jour pour venir visiter ses parents.

Privée de ce droit, elle a fait le choix en mai 2020 de tout vendre pour emménager avec eux à titre de proche aidante.

Qu'importe la maison où vous frappez, chacun a sa propre histoire et témoigne des conséquences de cette fermeture qui se prolonge.

L'ex-conjoint de Christine Sanchez, un militaire américain, n'a pas vu ses enfants depuis deux ans.

Résident de l’État de l’Ohio, l’homme souhaiterait bien les revoir avant d'être redéployé pour une nouvelle mission en août.

Si les frontières n’ouvrent pas comme prévu au début juillet, ce sera une énorme déception pour ses enfants et lui.

Faute de pouvoir se visiter, les gens se parlent à travers les clôtures délimitant la frontière.

Sur la rue Church, la seule qui n'est pas encore protégée par une barrière, des gens se rassemblent chaque fin de semaine.

Que ce soit pour prendre des nouvelles d'un proche ou pour souligner un anniversaire.

Ils s’assoient sur des chaises de chaque côté de la banderole jaune, parfois avec un pique-nique, pour discuter et échanger sous la surveillance des policiers américains et canadiens.

Des commerçants ressentent aussi les contrecoups de la fermeture de la frontière.

La taverne du Gamer a ouvert ses portes un mois avant la pandémie et n'a pas encore pu profiter de la présence des Américains, de grands consommateurs de ce type de divertissement.

Les gens rencontrés jeudi par TVA Nouvelles cachent difficilement leur déception devant l’hésitation des autorités à rouvrir la frontière canado-américaine. Ils attendent impatiemment le feu vert pour pouvoir à nouveau la franchir.