/news/tele

Ève-Marie Lortie : 25 ans de complicité à TVA

PHOTO / Julien Faugère

25 ans de carrière à TVA et 10 ans à la barre de «Salut Bonjour week-end», ça se fête. Peu habituée aux louanges, la discrète Ève-Marie Lortie jette un regard derrière et raconte les hauts faits de sa route professionnelle. 

Après un segment spécial d’une heure en son honneur à «Salut Bonjour week-end» dimanche dernier et un reportage frontispice du magazine «La Semaine» nouvellement en kiosque, Ève-Marie Lortie trouvait qu’on lui avait accordé suffisamment d’attention. À un point tel que l’animatrice a failli refuser la demande d’entrevue de l’Agence QMI pour un bilan supplémentaire de son joli parcours de deux décennies et demi. Vous avez dit humble et terre-à-terre?

«C’est beaucoup d’hommages, je trouve, remarque la principale intéressée, qui a finalement accepté de s’entretenir avec nous pour un "petit article". J’ai reçu beaucoup d’amour. J’ai été bouleversée par tout ça. Je ne suis pas habituée à ces grandes démonstrations. Je préfère être dans la "gang" qui rend les hommages, que de recevoir les hommages!»

Trop d’émotions

Mercredi, la dame commençait tout juste à «retomber sur [ses] pattes» après la grosse dose d’affection reçue trois matins plus tôt, à «Salut Bonjour week-end». La portion de fleurs et d’éloges était une surprise totale pour elle, même si des photos brièvement aperçues en réunion de production lui avaient mis la puce à l’oreille.

Mais jamais elle n’aurait pu anticiper le bien-cuit de Mathieu Dufour, les extraits d’archives, les témoignages d’anciens et actuels camarades de travail et de personnalités côtoyées (dont plusieurs politiciens) au fil des ans...

«Même physiquement, quand je suis revenue chez nous, j’ai pris deux Tylenol, parce que j’avais mal à la tête de ce trop-plein d’émotions! Mes collègues m’ont dit tellement de belles choses. Quand Madame (Pauline) Marois est apparue... Ouf! J’ai "pogné un deux minutes", comme on dit...»

«Ça donne un choc de voir sa vie dans un montage télé. Je me souviens de tous ces moments, précisément, tout le temps. Je me souviens de tellement de moments d’actualité intenses! Oui, le temps passe trop vite, et je vois l’évolution des façons de faire dans mon métier, dans mon milieu.»

Être curieux

L’histoire d’amour d’Ève-Marie Lortie avec TVA a commencé en 1996.

«Je suis très fière de travailler pour cette antenne, et il y a un grand sentiment de confiance», relève la jubilaire.

Cette dernière avait embrassé le métier de communicatrice pour la première fois deux ans plus tôt, dans une radio de Timmins, en Ontario, après avoir complété ses études collégiales en Art et technologie des médias. Elle croyait faire de la radio toute sa vie, mais une conversation avec une copine lui a ouvert les horizons de la télévision. Juin 1996, TVA lui offre un poste de journaliste sur le terrain. Elle se retrouve à couvrir les émeutes de la Saint-Jean-Baptiste à Québec.

C’était parti. Elle l’avoue, elle s’est sentie davantage à sa place comme lectrice de nouvelles (dès 1999) à «Salut Bonjour week-end», puis à «Salut Bonjour» en semaine (en 2003), et cheffe d’antenne aux divers bulletins de LCN, qu’à titre de reporter. En 2012, elle troquait son micro de journaliste pour celui d’animatrice de «Salut Bonjour week-end», qu’elle conserve depuis.

ÉRIC CARRIÈRE/AGENCE QMI

Quel conseil prodigue-t-elle aux jeunes qui débutent dans les médias?

«Mon conseil, c’est de tout regarder, tout aimer, d’être tellement curieux. Et je leur demande de fouiller un peu plus. De ne pas rester en surface. Ça va souvent vite en lisant des grandes lignes sur les sites Internet, mais il ne faut pas perdre de vue la base de notre travail, en information.»

Conciliation travail-famille

L’une des plus grandes fiertés d’Ève-Marie Lortie? D’avoir su concilier son exigeante profession avec son rôle de maman de sa belle Corinne, aujourd’hui âgée de 18 ans.

«L’âge de mon arrivée officielle à "Salut Bonjour" », informe la fière maman, qui possède une maison à Québec et qui loue un appartement pour ses séjours estivaux à Montréal.

«J’évolue dans une case horaire particulière, celle du petit matin. Pendant neuf ans, j’ai été monoparentale. Je me suis organisée; j’ai fait garder, j’ai demandé de l’aide, et j’ai toujours dit à mes collègues féminines que tout est possible, mais pas toute seule. On peut travailler à des heures de fous, réaliser des reportages, mais il faut savoir s’entourer.»

Dès le lundi 21 juin, Ève-Marie Lortie prend la barre de «Salut Bonjour» en semaine, en remplacement de Gino Chouinard pour l’été, du lundi au vendredi, à 6 h, à TVA.