/regional/saguenay

«On vous tend la main, M. Legault», dit le président d'Alliance forêt boréale

La patience du milieu forestier a atteint sa limite. Alliance forêt boréale (AFB) réclame une rencontre rapide avec le premier ministre du Québec, François Legault, au sujet du régime forestier.

«Il ne faut pas nous laisser tomber. Il faut travailler ensemble», a dit le président de l’organisme et maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, jeudi.

AFB regroupe plusieurs acteurs politiques et forestiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord. AFB n'a plus confiance au ministère et au ministre des Forêts, Pierre Dufour, concernant le nouveau régime forestier.

«On a dit, attendez, vous allez voir, vous allez voir. Mais malheureusement, on attend tous», a rappelé Pascal Cloutier.

L'Alliance a tenu un point de presse virtuel, jeudi matin, en compagnie de plusieurs élus et de représentants de l’industrie. L’organisme a été déçu des mesures annoncées par Québec avant les Fêtes.

«Sans moyens financiers suffisants, la Stratégie nationale de production du bois ne sera qu'un beau mirage», a indiqué M. Cloutier.

Il exige une rencontre avec le premier ministre Legault. «M. Legault, faites confiance aux gens qui occupent et habitent les régions. Ce qu'on dit à M. Legault: on ne veut plus prêcher dans le désert. On veut être dans le concret. Il n'y a pas beaucoup de choses qui ont été annoncées et on nous demande d'attendre encore. Ça fait assez longtemps qu'on attend. C'est pour ça qu'on est rendu au niveau de M. Legault.»

La vice-présidente d’AFB et préfète de la MRC Haute-Côte-Nord, Micheline Anctil, a affirmé que cette industrie devait être entendue.

«Nos travailleurs, nos entreprises de nos communautés, de même que leurs familles, n'en peuvent plus d'attendre des réponses et des résultats qui ne viennent pas.»

Ce sentiment de tourner en rond préoccupe le directeur des opérations chez Reboitech, Jean-François Harvey, une entreprise basée à Saguenay.

«J'ai l'impression de vivre le jour de la marmotte. Au mois de mai l'année passée, on s'est rencontrés. On avait le même genre de petite conférence et on parlait exactement des mêmes enjeux de prévisibilité, a exprimé M. Harvey. Le ministère est engouffré dans un régime forestier qui est dysfonctionnel.»

Le milieu reproche justement au régime forestier des lacunes sur la prévisibilité des opérations en forêt.

«L'une des plus grandes qualités d'un entrepreneur, c'est d'être capable de se retourner sur un 10 cents. Mais, je vais vous dire que mon 10 cents, il commence à être pas mal usé», a témoigné le copropriétaire de Nord-Forêt à Baie-Comeau, Rémy Paquet.

Il a d'ailleurs perdu des employés avec cette incapacité de prévoir, ne serait qu'un an ou deux à l'avance. Il improvise chaque jour. «Je n'aurais jamais pensé exceller dans la Ligue d'improvisation, la LNI», a-t-il dit.

Pourtant, l'industrie se voit comme une solution aux changements climatiques.

«On est l'une des seules industries où produire plus signifie moins d'émissions de gaz à effet de serre, a expliqué Jean-François Harvey. On plante des petits puits de carbone tous les jours.»

Selon AFB, le nouveau régime combiné aux effets de la tordeuse du bourgeon de l'épinette et aux aires protégées, par exemple, met à risque une ou deux usines au Saguenay-Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord, car chaque 100 000 mètres cubes perdu en approvisionnement coûtent 300 emplois.

«On se dirige vers une crise des approvisionnements à court et moyen terme si rien n'est fait», a déclaré Pascal Cloutier.

En fin de journée, le directeur des communications du cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Michel Vincent, a répondu par courriel à TVA Nouvelles.

«Nous prenons bonne note de la sortie d’Alliance forêt boréale et de leurs suggestions. Nous les remercions pour leur contribution au débat entourant le nouveau régime forestier et la gestion du caribou forestier. Comme dans l’ensemble des dossiers entourant la forêt et la faune, il faut chercher un juste équilibre entre les enjeux économiques et environnementaux. Le ministre Pierre Dufour est encore dans l’élaboration de son plan et aucune décision n’est prise à ce stade-ci. Il aura l’occasion de faire le point dans les prochaines semaines. D’ici là, les discussions sont toujours possibles et souhaitables, avec tous les groupes concernés.»