/finance/homepage

Pénurie de main-d'œuvre: une entreprise de Trois-Rivières offre une prime de recrutement

Il n'y a plus de limite pour contrer la pénurie de main-d'œuvre. La compagnie Somavrac de Trois-Rivières offre aux candidats qui se présenteront à sa journée de recrutement, ce vendredi, une prime d'embauche de 250 $ et un chèque-cadeau d'une valeur de 25 $.

Somavrac est une entreprise active dans la manutention de vracs solides et liquides. Elle cherche désespérément 15 chauffeurs de camion.

«On est obligés d'offrir une rémunération, d'offrir de l'argent pour que les gens aient au moins l'intérêt de venir nous rencontrer pour déposer leur candidature et peut-être travailler avec nous autres», a expliqué Marc Paquin, président de Somavrac, jeudi, à TVA Nouvelles.

Le résultat est toutefois loin d'être garanti. La semaine dernière, Somavrac a mené la même opération avec les mêmes incitatifs à ses installations de Sainte-Catherine, au sud de Montréal. Or, aucun candidat ne s'y est présenté.

L'automatisation et la robotisation pour compenser le manque de main-d'œuvre ne constituent pas nécessairement la recette miraculeuse.

Ainsi Nitek Laser, de Nicolet, vient d'acquérir une découpeuse de métal dernier cri pour accélérer et faciliter le travail.

L'entreprise observe toutefois que tout n'est pas réglé pour autant. Il lui faut tout de même du personnel pour l'opérer. Nitek Laser aurait besoin de 15 employés de plus. Faute des ressources humaines requises, l'entreprise doit faire une croix sur un projet d'expansion.

«C'est contre nature pour un entrepreneur de ne pas être capable de bien servir ses clients. Ça, en plus de la pénurie de main-d'œuvre, ça contribue à nous fatiguer», a confié François Dubuc, président de Nitek Laser.