/finance/homepage

Pourquoi la hausse de l'inflation inquiète un peu partout dans le monde ?

Avec la reprise économique et les tensions sur les matières premières, l'inflation reprend de la vigueur partout dans le monde, au point que certains craignent qu'elle menace la sortie de crise, même si la plupart des économistes jugent le mouvement temporaire.

Aux États-Unis, l'inflation a atteint 5% sur un an en mai, sa plus forte progression depuis près de 13 ans. Elle pointait à 2,1% au Royaume-Uni et 2,5% en Allemagne.

En Chine aussi, la hausse des prix à la production était en avril à son plus haut niveau depuis près de quatre ans.

Les pays émergents, dont certains souffrent d'une inflation chronique, n'échappent pas au mouvement: +18% en mars au Nigeria, +8,06% en mai au Brésil, +17,14% en avril en Turquie.

«L'augmentation de l'inflation reflète largement jusqu'ici la combinaison du rebond des prix des matières premières et une inflation liée à la réouverture des économies», explique Neil Shearing, chef économiste chez Capital Economics, dans une note mardi.

Les cours du pétrole ont ainsi bondi, après leur chute l'an dernier, tandis que la forte reprise économique en Chine et aux États-Unis crée un appétit gigantesque en matières premières. La production a du mal à suivre le rythme, entraînant pénuries et flambée des prix.

Un peu partout dans le monde, des effets se font déjà sentir.

Bon important des denrées

Au Nigeria, le prix des denrées alimentaires a bondi de 22,9% en mars, une catastrophe pour des millions d'habitants.

Aux États-Unis, le prix du porc, très consommé par les Américains, a grimpé de 51% sur un an.

Les mises en chantiers y ont aussi été décevantes en mai, comme en France, où des chantiers de construction sont retardés, faute de pouvoir se fournir en béton ou bois à prix acceptables.

Les constructeurs automobiles s'inquiètent eux de la hausse des prix du rhodium, du palladium ou de l'acier.

La Chine a ainsi décidé de puiser dans ses réserves de cuivre, d'aluminium et de zinc pour aider ses industriels.

C'est tout l'enjeu pour l'avenir de la reprise. Pour William de Vijlder, chef économiste chez BNP Paribas, «le risque semble faible que le pic d'inflation» actuel conduise «à une inflation soutenue sur une plus longue durée».

Le «sous-emploi sur le marché du travail» ne va pas favoriser une augmentation des salaires, tandis que les «pressions concurrentielles» jouent contre une hausse des prix à long terme, développe-t-il dans une note récente.

«La pénurie de main-d'oeuvre dans des industries importantes pourrait faire grimper l'inflation et la faire persister plus longtemps», prévient toutefois Susannah Streeter, analyste pour la société financière Hargreaves Lansdown.

Pour l'instant, les banques centrales responsables de contrôler les niveaux d'inflation se veulent rassurantes, même si aux États-Unis, la Fed a relevé ses prévisions d'inflation pour 2021.

Aux États-Unis, les massifs plans de soutien annoncés par l'administration Biden ont agi comme un électrochoc sur les marchés.

Hausse des taux?

Les craintes d'une inflation durable ont engendré une hausse des taux d'intérêt sur le marché des dettes souveraines, les investisseurs anticipant que la Fed augmente prochainement ses taux directeurs pour limiter la surchauffe.

Lors de sa dernière réunion mercredi, l'idée d'une première hausse dès 2023 s'est d'ailleurs fait plus précise.

Par contagion, les taux d'intérêt ont également monté en Europe, mais de manière encore limitée, mettant aussi la Banque centrale européenne (BCE) sous pression.

Mais si la reprise économique s'y profile, elle reste encore fragile, et un resserrement de la politique monétaire pourrait la tuer dans l'oeuf.

«Cela entraînerait des taux d'intérêt plus élevés sur les prêts immobiliers et les crédits à la consommation» risquant de freiner la demande des ménages, explique Susannah Streeter.

Et cela pourrait «décourager» les entreprises «qui ont besoin d'emprunter de l'argent pour se développer», ajoute-t-elle.

C'est l'amère expérience faite par la zone euro après la crise de 2008, et que les États et la BCE veulent éviter cette fois.

Il est «prématuré» de réfléchir à une augmentation des taux et à une réduction du soutien à l'économie, a d'ailleurs souligné la présidente de la BCE Christine Lagarde la semaine dernière.

Mais en Islande, au Brésil et en Russie, les banques centrales ont déjà relevé leurs taux pour contrer l'inflation.