/news/law

Un véritable arsenal saisi à Laval

La police avait saisi en septembre 2016 de nombreuses armes à feu lors d’une perquisition liée aux meurtres des frères Falduto.

Photo courtoisie de la cour

La police avait saisi en septembre 2016 de nombreuses armes à feu lors d’une perquisition liée aux meurtres des frères Falduto.

La découverte par les policiers d’une vraie cache d’armes dans un entrepôt de Laval serait liée à la disparition de deux frères qui auraient été assassinés puis brûlés dans la cour arrière d’un couple accusé d’avoir agi comme nettoyeur pour la mafia.

« C’était dans une grosse bâtisse sur le bord de l’autoroute 13. La perquisition s’est étalée sur deux jours », a expliqué un policier de la Sûreté du Québec, mercredi, au procès de Marie-Josée Viau et de Guy Dion au centre judiciaire Gouin, à Montréal.

• À lire aussi: Meurtre de deux frères: les policiers déterminés à résoudre le mystère

• À lire aussi: Double meurtre à Saint-Jude: des méthodes d’archéologie pour retrouver deux corps

Pistolets-mitrailleurs, fusils à pompe, tronçonnés ou non, carabines automatiques et semi-automatiques... les policiers avaient mis la main sur une véritable arsenal en investissant un site d’entreposage, en septembre 2019. 

Des boîtes de munitions avaient également été saisies.

Photo courtoisie de la cour

Des boîtes de munitions avaient également été saisies.

En plus des armes, les policiers avaient aussi saisi des silencieux, des lunettes de visée ainsi qu’environ 200 boîtes de munitions variées.

Le contexte de cette perquisition n’a pas été expliqué au jury, mercredi. Toutefois, elle serait liée aux meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto, qui seraient survenus en juin 2016 au domicile de Viau et de Dion, à Saint-Jude, près de Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

Tueur à gages  

Selon la Couronne, les deux frères auraient été attirés chez les accusés par un tueur à gages de la mafia et un certain « Brad Pitt », afin d’être assassinés dans le garage. Viau et Dion auraient fait le guet pendant le crime, pour ensuite brûler les cadavres à ciel ouvert.

« Ils se sont débarrassés des cendres dans une rivière, ainsi que de l’arme du crime et du véhicule [des victimes], avait affirmé Me Isabelle Poulin, de la Couronne. Bref, ils ont fait disparaître toute trace du meurtre. »

Pendant trois ans, les policiers ont nagé en plein mystère, jusqu’à ce que le tueur se rende à la police et avoue les meurtres. Cela a permis aux autorités de perquisitionner à la résidence du couple en octobre 2019, soit un mois après la découverte des armes. 

Les policiers avaient découvert plusieurs chargeurs, dont certains de haute capacité.

Photo courtoisie de la cour

Les policiers avaient découvert plusieurs chargeurs, dont certains de haute capacité.

Liste d’intérêt  

Et bien que les recherches pour trouver des restes des corps n’aient pas été fructueuses, les policiers ont trouvé une liste manuscrite d’armes et de matériel.

« Ce qui m’a marqué, c’est qu’elle incluait des sacs distinctifs qu’on a trouvés lors de la perquisition à Laval », a témoigné un policier mercredi, ajoutant qu’une arme peu courante, saisie dans l’entrepôt, était également inscrite sur la liste trouvée chez Viau et Dion.

On ignore toutefois, pour le moment, si l’une des armes saisies aurait pu servir à tuer les frères Falduto. Selon ce qu’a dit la défense mercredi en présence du jury, un expert viendra témoigner à propos de ces armes.

Des aveux  

Marie-Josée Viau et Guy Dion arrivent chaque matin au centre judiciaire Gouin pour subir leur procès.

Photo Chantal Poirier

Marie-Josée Viau et Guy Dion arrivent chaque matin au centre judiciaire Gouin pour subir leur procès.

Le procès pour meurtre et complot pour meurtre de Viau et Dion, présidé par le juge Éric Downs, se poursuivra la semaine prochaine. 

En plus de celui de l’expert, le jury devrait entendre le témoignage du délateur, ainsi que des enregistrements sur lesquels les accusés auraient fait des aveux.

« Guy Dion y dit [entre autres] avoir fait ce qui lui a été demandé, a expliqué la Couronne en précisant qu’il y a eu cinq scénarios d’infiltration, en juillet et en août 2019. C’est la preuve la plus percutante, ce sont leurs paroles. »

Dans la même catégorie