/news/currentevents

Une chicane de voisins à l'origine des décès à Saint-Hyacinthe

Une altercation entre deux voisins serait survenue peu avant que leurs corps soient trouvés sans vie mardi après-midi dans une maison de chambres à Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

• À lire aussi: Cadavres retrouvés à Saint-Hyacinthe: l’identité des deux victimes dévoilée

• À lire aussi: Deux hommes retrouvés morts dans un logement de Saint-Hyacinthe

Le corps d’Alain Lacombe, 53 ans, a été découvert dans sa chambre ainsi que celui d’André Mastai Voghel. L’homme âgé de 70 ans habitait l’immeuble à logements juste en face, sur l’avenue Laframboise, d’après des résidents du quartier.

Vers 15 h, mardi, une des colocataires d’Alain Lacombe a vu par la porte du balcon le septuagénaire traverser la rue et se diriger d’un pas ferme vers son immeuble, situé au-dessus du bar Grand Tronc.

Sortie du corps d’un des deux hommes tués dans l’appartement situé au-dessus du bar Grand Tronc, à Saint-Hyacinthe.

Photo Agence QMI, Adam Bolestridge

Sortie du corps d’un des deux hommes tués dans l’appartement situé au-dessus du bar Grand Tronc, à Saint-Hyacinthe.

Une scène que l’on aperçoit clairement sur une des caméras de surveillance de David Brunette, tenancier du bar, a-t-il raconté au Journal.

« En le voyant arriver, j’ai pris mes toasts et je suis allée dans ma chambre », ajoute la coloc, qui a demandé à taire son nom. « Puis, Alain m’a dit suffisamment fort pour que je l’entende de rester dans ma chambre. »

Elle a ensuite entendu une chicane éclater entre les deux hommes, quelques injures puis un bruit retentissant avant qu’un calme plat s’installe. 

« Ce n’est pas anormal qu’il y ait des chicanes ici et j’en ai déjà entendu des pires. Ça s’est passé très vite, donc je ne croyais pas qu’il était arrivé quelque chose d’aussi grave », dit-elle. 

Les hommes en froid

Selon elle, les deux hommes qui partageaient une passion commune pour les plantes étaient en froid depuis des semaines. 

Un ami d’Alain Lacombe, qui le visite presque tous les jours, aurait fait la macabre découverte une trentaine de minutes plus tard. Il aurait immédiatement alerté les policiers.  

FD-CORPS-SAINT-HYACINTHE

Photo Agence QMI, Adam Bolestridge

De son côté, la Sûreté du Québec poursuit son enquête pour déterminer les circonstances exactes de ces décès, toujours considérés comme suspects. 

« Une des deux victimes portait des marques de violence », a confirmé la porte-parole, Valérie Beauchamp.  

Une dernière visite

Richard Lacombe n’avait pas vu son frère Alain depuis l’été, mais avait pris le temps de le visiter samedi, quelques jours avant sa mort.

« Au moins, j’ai pu le voir avant », laisse-t-il tomber. « Il m’avait dit qu’il allait bien et on a eu de belles retrouvailles. »

« Je sais qu’il avait parfois des problèmes avec les gens qu’il fréquentait et qu’il consommait régulièrement. Ça reste mon frère malgré ses déboires », poursuit Richard Lacombe, sous le choc.

M. Brunette, propriétaire du bar depuis neuf ans, s’est dit surpris que ce nébuleux événement se soit déroulé au-dessus de son bar.

« C’est un quartier quand même tranquille, comparativement au centre-ville par exemple. Je fais attention pour garder l’endroit propre et fréquentable », explique-t-il.