/finance/homepage

Une très petite entreprise qui voit grand

Avec à peine une vingtaine d’employés, la TPE (très petite entreprise) «Carrément tarte» réussit à produire 9000 tartes chaque semaine au Québec. Mais la propriétaire voit grand et souhaite quadrupler ou même quintupler sa production.

L’un de plus grands défis de Katell Burot est de faire la transition de l’artisanal à l’industriel tout en préservant l’identité de son entreprise, qui produit des tartes carrées.

«Nous, notre objectif c'est de réconcilier l'industriel et l'artisanal. Aujourd'hui, on est vraiment artisanal», indique la cofondatrice de la TPE montréalaise.

Pour ce faire, un déménagement s’est imposé pour augmenter les capacités de production.

«C'est pas juste la capacité de production. C'est évidemment les équipements aussi qui vont rentrer parce que juste la capacité ne serait pas suffisante. Mais l'objectif, c'est effectivement de faire fois 4, fois 5», explique Mme Burot.

«Carrément tarte» a investi pas moins de deux millions de dollars pour faire croître l’entreprise.

Katell Burot espère aussi que l’investissement fera bondir son chiffre d’affaires de 2 à 8-10 millions de dollars.

D’ici cinq ans, elle souhaite également avoir de 40 à 50 employés dans son entreprise. Un autre défi de taille en contexte de pénurie de main-d’œuvre.

«C'est extrêmement difficile. On vit tous le même problème. On espère qu'il va y avoir des améliorations, des aides du côté du gouvernement pour alléger un petit peu le poids de l'immigration», mentionne-t-elle.

Et derrière tout ce projet se cache une ambition bien précise : celle de devenir un leader sur le marché nord-américain de fabrication de pâte à tarte.

«C'est notre métier, c'est ça qu'on va faire. On ne va pas commencer à faire tous les produits. Nous, c'est la tarte, la pâte à tarte», martèle Katell Burot.