/news/culture

Céline Dion: l’apparition télé qui a tout démarré

Michel Jasmin n’avait pas l’habitude de recevoir des inconnus à son émission. Il a fait une exception le 19 juin 1981 en y accueillant une jeune fille de 13 ans qui n’avait jamais fait de télévision : Céline Dion. « Le talent était tellement évident », se rappelle l’animateur en entrevue au Journal.

Ce baptême des ondes a beau fêter son 40e anniversaire samedi, Michel Jasmin s’en souvient comme si c’était hier. Quand nous l’avons joint au téléphone, il était surpris d’apprendre qu’autant de temps s’était écoulé depuis. L’homme de 75 ans se souvient du message que René Angélil lui avait transmis à propos d’une artiste qu’il devait « absolument rencontrer ».

Juin 1981

Photo d'archives

Juin 1981

Puisque le bureau de l’imprésario se situait aux abords de Télé-Métropole (TVA), Michel Jasmin y était allé un après-midi entre deux répétitions.

« René filait un très mauvais coton, raconte-t-il. Ginette Reno l’avait laissé tomber. Il n’avait plus rien devant lui. Il m’a dit : “Je sais que normalement, tu présentes des vedettes, mais j’ai découvert cette jeune fille...” Il m’a demandé si j’avais le temps d’écouter une cassette. J’ai dit oui, il m’a fait jouer sa chanson, je l’ai écoutée jusqu’à la fin, et j’ai dit : “Si tu ne la signes pas, c’est moi qui vais la signer !” »

La pièce en question, c’était Ce n’était qu’un rêve, le tout premier simple de Céline Dion, composé par Thérèse Tanguay-Dion, sa mère. Soufflé par ce qu’il venait d’entendre, Michel Jasmin était retourné à Télé-Métropole avec l’objectif de convaincre ses patrons de laisser une chance à cette nouvelle venue.

Celine Dion

Photo d'archives

« Je leur ai demandé de m’accorder cette faveur parce que j’avais l’impression que quelque chose d’important allait se passer. On m’a fait comprendre que ce n’était pas la règle, mais on m’a dit OK. »

Janvier 2010

Capture d'écran, TVA

Janvier 2010

Avec modestie  

Quand on salue le flair de Michel Jasmin, qui s’est démené pour qu’on permette à Céline Dion d’apparaître dans son talk-show, lequel attirait chaque soir plus de 2 millions de téléspectateurs, le principal intéressé nous reprend avec modestie.

« Si ça n’avait pas été moi, ça aurait été quelqu’un d’autre, déclare-t-il. N’importe qui aurait fait pareil. Le talent était tellement évident. Il y avait quelque chose de spécial chez cette petite fille de 13 ans. »

Selon Michel Jasmin, Céline Dion était nerveuse à propos d’une seule chose avant d’interpréter Ce n’était qu’un rêve devant les caméras : ses chaussures.

« Ce n’était pas la chanson qui l’inquiétait, ce n’était pas les paroles, la musique, sa voix... C’était ses souliers ! Elle portait des souliers noirs, mais ce n’était pas leur couleur originale. Maman Dion les avait peinturés pour qu’ils aillent avec sa robe. Mais ils craquaient, et Céline avait peur qu’ils la lâchent pendant la chanson ! »

On connaît la suite...  

En fin de compte, la prestation de Céline Dion s’est déroulée sans heurts, et comme le veut l’expression, The rest is history.

« C’était très fort comme moment, évoque Michel Jasmin. Tout le monde était un peu secoué. Quand Céline est venue s’asseoir, je lui ai demandé si elle suivait des cours de chant, et elle m’a répondu quelque chose comme : “Non. Pourquoi ? Je n’en ai pas besoin.” Et elle avait raison ! »