/news/society

Davantage de facteurs favorables aux noyades à surveiller cet été

Les deux noyades survenues jeudi pourraient n’être que la pointe de l’iceberg, craint la Société de sauvetage. 

• À lire aussi: Une fillette se noie à Wotton

• À lire aussi: Noyade d’un garçon : une fillette raconte le drame

Plusieurs facteurs, notamment en raison de la pandémie, augmentent les risques de noyade cette année. 

La suspension des cours de natation depuis plus d’un an, en raison de la pandémie de COVID-19, est un facteur important, croit l’organisme, puisque plusieurs enfants n’ont pas eu l’occasion d’apprendre les règles de sécurité près d’un plan d’eau. 

«En plus de l’augmentation des ventes de piscine, en plus de l’augmentation des sports de pagaie, de motomarine, là j’ai des enfants qui n’ont pas appris à nager», constate Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage.

Le télétravail pourrait aussi avoir un impact sur le nombre de noyades puisque plusieurs parents pourraient être tentés de laisser leurs enfants se baigner alors qu’ils seront occupés par le travail et seront donc distraits au moment de les surveiller. 

Il faut aussi être vigilants quand plusieurs personnes sont réunies dans une cour et ne pas tenir pour acquis que les enfants seront mieux surveillés, préviennent plusieurs experts. 

«Des fois, on pense que c’est une sécurité quand il y a plusieurs personnes qui sont dans la cour, que tout le monde est là un peu pour surveiller, mais en fait, c'est l’inverse parce que tout le monde est un peu distrait à autre chose», souligne la Dre Mariane Beaudin, chef du service de la traumatologie au CHU Sainte-Justine.

Cette dernière suggère également de nommer un responsable de la surveillance et de bien l'identifier à l'aide d'un accessoire, comme une casquette de couleur, par exemple.   

La Société de sauvetage met également en garde que la province fait aussi face à une pénurie de sauveteurs. Habituellement, 5500 personnes sont inscrites pour l’obtention brevet Médaille de bronze, mais seulement 2400 inscriptions ont été enregistrées l’année dernière. 

«Ma prédiction c’est que l’été prochain, on va en fermer aussi des piscines», croit Raynald Hawkins. 

- d'après les informations d'Andy St-André