/news/world

Les politiciens proavortement privés de communion par le clergé américain?

Les archevêques américains vont élaborer un texte sur la signification de la communion, sacrement central du catholicisme, qui pourrait être refusée au personnel politique favorable au droit à l'avortement, à l'instar du président Joe Biden.

La conférence des évêques catholiques américains (USCCB) a voté jeudi à une large majorité (168 voix pour, 55 contre) la proposition de rédaction d'un texte sur «la signification de l'eucharistie dans la vie de l'Église».

L'eucharistie, ou communion, est un rite essentiel de la foi catholique, au cours duquel le fidèle reçoit l'hostie, symbole du sacrifice de Jésus-Christ.

Mais les débats ont été houleux, le Vatican ayant, en mai, exhorté les autorités ecclésiastiques américaines à la prudence vis-à-vis d'éventuelles mesures concernant «la situation des responsables catholiques en faveur de la légalisation de l'avortement, de l'euthanasie ou d'autres préjudices moraux», selon l'agence catholique américaine CNS.

«C'est privé et je ne pense pas que cela arrivera», a répondu vendredi Joe Biden, interrogé sur ce texte et sa portée.

La question de l'avortement est très clivante au sein de la hiérarchie catholique et de la société américaine, très religieuse. Mais selon une enquête du centre de recherche Pew, deux catholiques américains sur trois estimaient en mars que le président démocrate devrait recevoir la communion malgré sa position sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

La question doit désormais être discutée dans les diocèses et le texte sera débattu lors de la prochaine conférence des évêques, en novembre.

Les représentants de l'USCCB ont nié que la démarche soit dirigée contre les représentants politiques s'éloignant de la doctrine catholique.

Le document examinera «les croyances à propos de l'eucharistie, la façon de vivre une vie eucharistique», a assuré jeudi l'évêque Michael Burbidge, du diocèse d'Arlington (Virginie), lors d'une conférence de presse. «Nous n'excluons personne de l'Église.»

Joe Biden, descendant de catholiques irlandais, évoque fréquemment sa foi en public et assiste à la messe presque tous les dimanches, à Washington ou dans une petite église de son fief de Wilmington, dans le Delaware.

Il a annulé la décision de son prédécesseur Donald Trump de priver de fonds publics les organisations militant pour le droit à avorter, et il a nommé des personnes homosexuelles et transgenres au gouvernement.

Joe Biden s'est déjà vu refuser la communion en raison de ses positions en 2019, dans une église américaine. Il avait alors rappelé l'avoir reçue de la part du pape lui-même.