/regional/estduquebec/basstlaurent

Offres de départ à des employés de Telus: un syndicat inquiet

Plusieurs centaines d'employés de Telus partout à travers le Canada ont récemment reçu une «généreuse» offre de départ volontaire ce qui inquiète le syndicat des employés qui craint de voir ces postes être supprimés ou encore délocalisés.

Selon le Syndicat québécois des employés de Telus, 197 syndiqués québécois, au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie notamment, seraient concernés par ces offres.

«Mon inquiétude c'est que ces emplois-là, ces bons salaires-là, ces excellentes conditions de travail, on risque de perdre ça, donc c'est l'économie de Rimouski qui va prendre un coup», a indiqué Claude Poirier, président du Syndicat québécois des employés de Telus.

Sans préciser le nombre d'employés ciblés, Telus a indiqué par courriel que la compagnie avait «offert aux membres de l'équipe la possibilité d'accepter une indemnité généreuse pour une transition volontaire vers un nouveau poste en dehors de Telus ou une retraite».

En parallèle la compagnie dit aussi offrir la possibilité à ces employés de prendre part à un «programme de perfectionnement» pour rediriger ces employés dans des secteurs en expansion.

Selon le syndicat, la plupart des employés situés à Rimouski prévoient conserver leur emploi.

«Il ne semble pas y avoir de mouvement de panique à l'interne, mais plusieurs se demandent quelle sera la prochaine étape», a souligné M. Poirier.

Chez Telus, on nous dit que les postes ciblés seront «probablement retirés» lorsque les employés quitteront ou entreront dans leurs nouvelles fonctions.

Alors que le syndicat craint que des emplois soient relocalisés outre-mer, l’entreprise a soutenu que ce n’était pas dans les plans pour le moment.

Rappelons que Telus est le principal employeur du secteur privé à Rimouski. Quelque 1400 personnes y travaillent.